Bureau de Mise à Niveau des Entreprises Camerounaises

Le BMN à la conférence annuelle 2019 des responsables des services centraux et déconcentrés du MINEPAT

31/01/2019
  •  
  •  

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises (BMN) a pris part à la conférence annuelle des responsables des services centraux et déconcentrés du Ministère de l’Economie, de la Planification et de l’aménagement du Territoire ainsi qu’à la cérémonie solennelle de présentation des vœux pour l’année 2019 au Ministre, du 29 au 30 janvier 2019 au Palais des congrès de Yaoundé. Le thème central de cette conférence était : « Transformation structurelle de l’économie camerounaise pour accélérer sa marche vers l’émergence ».

Afin d’approfondir les analyses, trois sous-thèmes ont été discutés par divers intervenants de très haut vol, à savoir :

  1. Rééquilibrage de la balance courante pour le développement des secteurs prioritaires ;
  2. Cadre stratégique d’accélération de la marche vers l’émergence ;
  3. Contribution du secteur privé à l’effort de développement en vue de l’émergence.

C’est sur ce troisième thème que Madame Chantal ELOMBAT MBEDEY, Directeur du Bureau de Mise à Niveau est intervenu sous la modération avisée du Ministre Alamine OUSMANE MEY avec pour exposant principal M. Christophe EKEN, Président de la Chambre de Commerce, d’Industrie, des Mines et d’Artisanat entouré de trois discutants dont Mme Chantal ELOMBAT MBEDEY, M. Lucien SANZOUANGO, Secrétaire Permanent du Comité de Compétitivité, M. Alain Blaise BATONGUE, Secrétaire Général du GICAM (Groupement Inter-patronal du Cameroun) et Daniel Claude  ABATE, Président du MECAM (Mouvement des Entrepreneurs du Cameroun).

Les éminents orateurs qui se sont succédés au pupitre avaient pour objectif commun de proposer des recommandations pouvant aider le MINEPAT à reformuler sa stratégie en vue d’accélérer l’émergence.

En ce qui concerne le sous-thème 3 « contribution du secteur privé à l’effort de développement en vue de l’émergence », quatre grands axes de réflexion ont été proposés, à savoir :

  1. démarche cohérente et globale, stabilisation du climat des affaires ;
  2. promotion du « Made in Cameroon »;
  3. promotion de l’éthique dans les entreprises et la responsabilité sociétale des entreprises ;
  4. amélioration de la gouvernance publique.

Au terme des échanges denses qui ont eu cours, il a été recommandé :

  1. de protéger les industries et les entreprises locales dans le cadre de la promotion des champions nationaux et du patriotisme économique ;
  2. améliorer l’outil de production des entreprises locales ;
  3. associer davantage le secteur privé dans la réalisation des grands projets ;
  4. créer les missions d’aménagement des zones agricoles ;
  5. renforcer le contrôle dans le transport et le commerce transfrontaliers ;
  6. créer une banque de développement ou un fonds de compétitivité ;
  7. harmoniser les identités fiscales et leur contrôle ;
  8. poursuivre l’élaboration des plans de développement intégré de compétitivité des activités et des chaînes de valeur des filières prioritaires ;
  9. promouvoir le partenariat public/privé entre le GICAM, le MINTP, l’IRA, l’INS, le BMN et le Programme Agropoles;
  10. renforcer les marchés frontaliers dans une dynamique de compétitivité et du développement sous-régional;
  11. opérationnaliser la loi n° 2013/011 du 16 décembre 2016 régissant les zones économiques au Cameroun
  12. organiser les entreprises du secteur privé en zones d’activités ;
  13. renforcer le partenariat public/privé en vue d’une meilleure appropriation des mesures étatiques en faveur du secteur privé;
  14. aménager le marché financier structuré pour mieux soutenir le secteur privé.

Madame le Directeur du BMN, lors de son intervention, a tout d’abord fait une brève présentation du BMN et de ses résultats avant de proposer quelques recommandations dont trois ont été retenues dans le rapport final. La première parmi les quatre axes de réflexion proposées à savoir « une démarche cohérente et globale » et les deux autres parmi les recommandations faites à savoir, « création d’un fonds de compétitivité et organiser les entreprises du secteur privé en zones d’activités ». 

Concernant la première, Madame Chantal ELOMBAT a proposé dans sa communication que des actions conjointes soient organisées par les différentes parties prenantes pour avoir plus d’impact, par exemple, la communication et la sensibilisation des entreprises et la formation en matière fiscale afin de gagner la confiance des chefs d’entreprises en vue de la mise à niveau.

Pour ce qui est de « la création d’un fonds de compétitivité », Madame le Directeur du BMN a suggéré que ledit fonds garantirait le financement sécurisé de la compétitivité au Cameroun à travers l’affectation d’une taxe existante mais qui pourrait être explicitement renommée en fonds de compétitivité réservé aux structures chargées de promouvoir la mise à niveau et la compétitivité de l’économie camerounaise.

Pour l’album photos, cliquez sur le lien ci-dessous, il ouvre Google photos

https://photos.app.goo.gl/AeWD6v2yAsMgd4J68

Leave a Comment