Agro-alimentaire : le BMN finance deux études sur le positionnement stratégique de deux filières.

Atelier de restitution de deux études de positionnement stratégique à Douala le 09 juillet 2020

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises a organisé le 9 juillet 2020 à Douala, un atelier de restitution de deux études de positionnement stratégique de l’agroalimentaire concernant la filière viande et poisson d’une part, et la filière vins et spiritueux, d’autre part.

Ces études viennent s’ajouter aux quatre autres études précédemment réalisées sur le positionnement de la filière transformation des graines et fabrications de produits amylacés, de la filière oléagineux et aliments pour animaux, de la filière fruits et légumes et enfin de la filière tabac.

En prélude à la fusion annoncée de la CEMAC et la CEEAC dont le potentiel d’opportunités est important, l’objectif desdites études est, d'après le Directeur du BMN, de produire des données, informations et recommandations susceptibles d’éclairer la décision du gouvernement, des investisseurs, des banques et des entreprises quant au positionnement stratégique sur ce marché sous-régional.

Ces études sont réalisées dans le cadre du Programme Industrialisation et Valorisation des Produits Agricoles (PIVPA) mis en œuvre par le BMN sur financements AFD/C2D et qui vise à améliorer la compétitivité du secteur privé agroalimentaire du Cameroun à travers un accroissement substantiel de sa productivité.

Restitution des études de positionnement stratégique
Atelier de restitution des études de positionnement stratégique

Sensibilisation à Garoua pour l’adhésion des PME aux CGA

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises (BMN) a pris part le 27 juin 2019 à Garoua à la caravane de sensibilisation pour l'adhésion des PME aux centres de gestion agréés (CGA) organisée par le Ministère des petites et moyennes entreprises, de l'économie sociale et de l'artisanat (MINPMEESA).

Cet événement présidé par le Ministre Achille BASSILEKIN III a servi de cadre au BMN pour sensibiliser les entreprises présentes au Programme National de Mise à Niveau (PNMAN) et plus particulièrement au Programme d’Industrialisation et de Valorisation des Produits Agroalimentaires (PIVPA), financé par l’Agence Française de Développement (AFD). 

L'équipe du BMN conduite par l'Expert Industrie Luc NYETAM, s'est déployée à travers un stand exposant les produits et services du BMN. Elle s'est donnée à cœur joie lors de la visite de son stand par le Ministre suivi par les chefs d'entreprises, pour expliquer les missions du BMN et les appuis offerts aux entrepreneurs agroalimentaires à travers le PIVPA, à savoir la mise à niveau des entreprises cibles en vue du renforcement de leur compétitivité sur les marchés local et international. 

Le PIVPA couvre la période 2017-2019 et est financé à hauteur de 07 milliards de FCFA dans le cadre du troisième C2D (Contrat Désendettement Développement) conclu le 30 juin 2016 entre le Cameroun et la France, dans le cadre de l’effort supplémentaire d’annulation de la dette du Cameroun envers la France, en vue du renforcement de la compétitivité des entreprises agroalimentaires.  

Vous êtes promoteur d’une entreprise agroalimentaire? Venez vite vous inscrire au BMN pour bénéficier de la mise à niveau globale ou spécifique (certification de vos systèmes de management, technique de vente, organisation, ressources humaines, comptabilité, etc.)

   Adhérez ici 

[rl_gallery id="1574"]

Le BMN poursuit sa démarche de certification

Le Dir. et des employés du BMN en salle de formation

Dans le cadre de sa démarche de certification aux normes ISO 9001:2015, ISO 14001:2015, ISO 45001:2018 le Bureau de Mise à Niveau des entreprises  (BMN) a poursuivi les ateliers de formation et de coaching du lundi 27 au vendredi 31 mai 2019 à l'hôtel TOU'NGOU de Yaoundé. Il s’est agi cette fois-ci du chapitre 6.1 de la norme ISO 9001: 2015 qui est relatif aux actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités lors de la mise en place du système de management intégré (SMI). 

Ces ateliers font suite à ceux du mois d’avril dernier, au même endroit, qui se rapportaient à l’approche processus du BMN conformément au chapitre 4.4 de la norme ISO 9001:2015. 

Ces divers ateliers ont été animés par Malek Harami, expert-consultant international en système de management intégré.

[rl_gallery id="1550"]

Entreprises : Le BMN restitue une étude sur la politique nationale de restructuration

La cérémonie y relative s’est tenue hier en présence des représentants des ministères en charge de l’Économie, de l’Industrie, et d’autres administrations dont la Société nationale d’investissements. Élaborer une politique nationale de restructuration financière des entreprises évoluant dans les secteurs retenus dans le Programme national de mise à niveau (PNMAN); proposer des textes et règlements pouvant encadrer l’activité de restructuration des entreprises au Cameroun ; Définir une stratégie de mobilisation des ressources techniques et financières nécessaires à la restructuration des entreprises. Tels sont les objectifs de l’étude commanditée par le Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN), à la demande du ministère en charge de l’Économie. La cérémonie de restitution de l’étude y relative, s’est tenue ce 14 mai 2024 au siège du BMN en présence des représentants des ministères en charge de l’Économie, de l’Industrie, et d’autres administrations dont la Société nationale d’investissements (SNI). Pour Chantal Elombat Mbedey, « le constat qui est fait dans cette étude est que diverses structures font de la restructuration des entreprises au Cameroun. Chacune à sa manière. Le BMN par exemple utilise la méthodologie de l’Organisation des nations unies pour le développement industriel (Onudi). La politique nationale proposée aujourd’hui à la demande de la tutelle technique du BMN (le Minepat) est un instrument important en ce sens qu’elle structure une démarche en terme d’étapes nécessaires pour la restructuration des entreprises, formule des textes et règlements pour encadrer cette activité et énonce des mécanismes pour son financement », explique le directeur du BMN. L’on apprend en substance du document de 228 pages compilé par le cabinet international Mazars sous l’égide du BMN, que l’état des lieux en matière de restructuration des entreprises au Cameroun, révèle en effet une diversité tant d’acteurs, que de stratégies et modes d’intervention. Ce qui a pour principale conséquence la dilution des moyens mobilisés en vue du sauvetage des entreprises en difficulté. Une situation du reste aggravée par des lenteurs administratives qui créent une asymétrie entre les diagnostics posés et les actions implémentées parfois à des années d’écart. Toute chose qui, in fine, rendent souvent inefficaces les thérapies appliquées aux entreprises en difficulté par les pouvoirs publics. A titre d’illustration, au terme du diagnostic de restitution de la Cotonnière industrielle du Cameroun (CICAM) élaboré par le BMN à la demande du ministère en charge de l’Industrie, l’outil de production n’était utilisé sur les sites de Garoua, (CICAM 1, CICAM 2 ) et Douala respectivement qu’à 33,7%, 48,91% et 10,83%. Une sous activité alimentée par l’absence de la matière première, qui induit des coûts cachés évalués à 2 milliards de FCFA au titre de la seule année 2020. Le rapport diagnostic du BMM restitué en 2023 formulait des recommandations sous la forme d’hypothèses en vue de son redressement. Sous ce chapitre, dans le scenario d’une réhabilitation par l’État avec un modèle économique inchangé, le coût de la restructuration était évalué à 48 263 673 082 FCFA, dont un besoin net en financement de 40 654 937 991 FCFA. Dans l’hypothèse d’une privatisation d’une partie de l’activité de la CICAM, le coût de sa restructuration passerait à 30 765 393 082 FCFA, pour un besoin net en financement de 21 761 398 010 FCFA. Depuis, la situation de cette entreprise stratégique ne s’est pas améliorée, rendant indispensable une actualisation de ce diagnostic afin que les solutions proposées soient pertinentes. Représentant le cabinet Mazars, le Dr Yann Nounamo souligne que « le point saillant qui ressort de cette étude est qu’il faut mettre en place une plateforme centrale concernant la restructuration, afin de gérer les différentes interventions de l’État en la matière dans les entreprises. Il est indispensable que l’État conjugue ses efforts pour rendre ses interventions plus efficaces au bénéfice des entreprises et de l’économie nationale ».

Accompagnement des entreprises: Le BMN et 3A Consulting mutualisent leurs moyens

Les deux entités ont signé le 03 mai dernier une convention dans ce sens.

Une vision stratégique commune ancrée dans la Stratégie nationale de développement (SND 20-30). Une vision qui sera désormais matérialisée par une stratégie commune pour bâtir un tissu productif inclusif et compétitif. Le mariage de cœur et de raison entre le BMN et 3A Consulting a été scellé vendredi dernier dans la salle de réunion du BMN. Les deux entités qui étaient représentées par leur premier responsable, vont déployer une approche novatrice bâtie autour de la cotraitance, la levée de fonds, l’expertise technique de pointe, et la formation continue. Dans le détail, en appui de cette approche nouvelle, un pool bailleurs de fonds disposés à mobiliser des financements importants pour les entreprises, des experts de haut vol rompus à la mise à niveau et la restructuration des entreprises, des outils de management de la qualité modernes pour le pilotage des entreprises, ainsi qu’un réseautage puissant au service de l’essor international des entreprises seront déployés dans le cadre de ce partenariat stratégique. Une perspective dont se félicite le directeur du BMN. « Nous attendons de ce partenariat qu’il contribue à doper la compétitivité des entreprises que nous accompagnons et accompagnerons au bénéfice de l’économie nationale », explique Chantal Elombat Mbedey. Pour le Dr Francis Olivier Epounde, directeur de 3A consulting, « cette convention permettra de doter le pays d’un tissu productif irrigué de manière viable et continue par des financements locaux et internationaux dont la cartographie épouse bien les contours de nos agents institutionnels, et ce, grâce à des mécanismes novateurs spécifiquement taillés sur mesure ».

8 Mars 2024 : Les festivités au BMN en images

 

Marie Rose Chantal Elombat Mbedey : Une égérie venue d’Omvan

S’il ne fallait retenir qu’un trait de sa fascinante personnalité, l’on aurait du mal à dire autre chose que la poigne. Marie Rose Chantal Mbedey, épouse Elombat a sans conteste cette vertu chevillée au corps. Administrateur civil principal de classe hors échelle, cette « dame de fer » au cœur de velours a hérité de cette réputation du temps où elle officiait comme directeur de l’intégration régionale au ministère de l’Économie, de la Planification, et de l’Aménagement du territoire (MINEPAT).

La légende vraie rapporte invariablement que cette lionne indomptable de l’administration a farouchement défendu les intérêts du Cameroun en qualité de présidente du Comité national de coordination et de négociation des accords de partenariats économiques (APE) avec l’Union européenne. Son patriotisme et son dévouement jamais pris à défaut dans ce chapitre de sa vie (à l’instar des autres), lui vaudront notamment d’être élevée à la dignité de Commandeur dans l’Ordre national de la valeur. La plus récente reconnaissance de son pays pour les services rendus par cette ancienne pensionnaire de l’École nationale d’administration et de magistrature (ENAM, promotion 1983).

Née le 30 novembre 1957, la digne fille d’Omvan, (un petit écrin de verdure et d’arbres majestueux juché dans l’arrondissement de Nkolafamba, département de la Mefou et Afamba, région du Centre), est un érudit en matière de négociations avec les institutions de Bretton Woods, de réformes institutionnelles des administrations publiques, et de conduite des politiques de développement participatif avec le secteur privé, pour ne citer que ces domaines de prédilection. Une somme de compétences, de savoir-faire et savoir-être sédimentée par un riche parcours.

Parmi les grands marqueurs temporels de son odyssée dans la haute administration, il y a la période 2005-2009, où Chantal Elombat Mbedey, arbore la tunique de conseiller technique au tout puissant ministère de l’Économie et des Finances (plus tard scindé en deux). Dans ce département ministériel, elle pilote de grands dossiers économiques (coopération économique, monétaire, financière, intégration régionale et sous régionale, coopération avec l’union européenne).

Depuis 2012, à la tête du Bureau de Mise à Niveau (BMN) des entreprises camerounaises, elle puise dans sa riche expérience administrative pour contribuer efficacement au plein succès de la Stratégie nationale de développement (SND 20-30), dont le pilier phare est la transformation structurelle de l’économie. Toujours soucieuse d’entreprendre et d’apprendre, elle est à ce jour un des rares managers à revendiquer le statut d’auditeur IRCA (norme système de management ISO 9001 version 2015).

Mariée, Chantal Elombat Mbedey est aussi la mère-poule d’une foultitude d’enfants (dont trois biologiques) qu’elle trouve toujours du temps pour couver, malgré des contraintes professionnelles et sociales qui grèvent considérablement son agenda.

La vie associative de cette ancienne secrétaire générale de l’association des anciens élèves de l’ENAM (AAENAM-1983) est de fait un cahier bien rempli. Membre fondateur de la société d’assurance « GMC » (Garantie mutuelle des cadres), présidente de l’association féminine « les écureuils » depuis 1996, membre fondateur de SOS-Women (coopérative féminine d’épargne et de crédit), cette militante du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC) est aussi présidente du comité local de développement de sa contrée. Sa trajectoire singulière jalonnée de nombreux faits d’armes force l’admiration, autant qu’elle est source d’inspiration au féminin pluriel.

Yanick N. Yemga

Luc NYETAM, expert industries, l’une des mémoires vivantes du BMN

Ne le 28 novembre 1970 à Douala, Luc NYETAM est à ce jour, une des mémoires vivantes du Bureau de Mise à niveau des entreprises où il officie depuis plus d’une dizaine d’années en qualité d’expert industries. Titulaire d’un Master Européen en Business Administration, option management et stratégie d’entreprises, cet ingénieur en production sorti du prestigieux moule de l’École Nationale d’agro-industries de l’université de Ngaoundéré, est un fin connaisseur du tissu industriel camerounais.

Un savoir sédimenté par plus de 25 années d’expériences dans le microcosme industriel camerounais durant lesquelles il a entre autres prêté son savoir-faire à des entreprises de renom telles la Société Anonyme des Brasseries du Cameroun (SABC) ou les Confiseries et Chocolateries du Cameroun (CHOCOCAM).

Formateur en diagnostic et plan de mise à niveau des entreprises, méthodologie ONUDI (Organisation des Nations Unis pour le Développement industriel), formateur des experts accompagnateurs à la mise à niveau des entreprises, Lead auditor IRCA pour les normes internationales systèmes de management ISO 22000 : 2008 et ISO 9001 : 2015, expert accompagnateur ISO 22000 : 2008, Luc NYETAM est notamment chargé au quotidien, sous l’autorité du directeur du BMN, de déployer au plan technique un des pans du Programme National de Mise à Niveau (PNMAN) des entreprises. A ce titre, avec ses collaborateurs, il procède aux pré-diagnostics des entreprises candidates au PNMAN, assure en liaison avec les experts déployés par le BMN au sein des entreprises admises au PNMAN, le suivi de l’exécution des plans de mise à niveau en vue de la compétitivité des entreprises.

Marié et père de deux enfants, ce quinquagénaire fervent chrétien (Ancien de l’Eglise à l’Église presbytérienne du Cameroun) s’est vu décerner par les pouvoirs publics des médailles d’honneur du travail en argent, vermeille et or, pour sa contribution à la construction du Cameroun. Une œuvre qu’il dit poursuivre avec le zèle du premier jour et une solide expérience glanée sur le terrain.

Compétitivité des entreprises: des parlementaires au BMN

Au terme de la séance de travail tenue le 09 janvier 2024 avec le comité de direction du Bureau, ils se sont dits satisfaits du travail abattu au bénéfice de l’économie nationale.

La salle de réunion du Bureau de Mise à Niveau des entreprises du Cameroun (BMN) a servi de cadre le 09 janvier 2024, à une séance de travail entre le Réseau des parlementaires pour la diaspora, la coopération décentralisée et transfrontalière (REP-COD), et le comité de direction du BMN. Conduite par le député Louis Henri Ngantcha, la délégation du REP-COD était entre autres composée du sénateur Otte Andrew Mofa, et des députés Emmanuel Banmi et François Xavier Mpon.

Dans son propos de circonstance, le directeur du BMN a indiqué que « le BMN espère beaucoup de ce contact avec le REP-COD en terme notamment d’opportunités à saisir pour contribuer à l’essor des entreprises camerounaises, et nécessairement de l’économie nationale. Le BMN est également disposé à vous (REP-COD, Ndlr) accompagner afin que la diaspora que vous connaissez mieux que nous puisse bénéficier des services offerts par cet instrument des pouvoirs publics ». Chantal Elombat Mbedey a présenté ensuite les missions du Bureau, ses réalisations, ses perspectives et ses difficultés. Une présentation appuyée par la projection d’un film institutionnel qui a davantage édifié les parlementaires sur les réalisations du BMN.

Le président du REP-COD a justifié la venue de ce réseau parlementaire en ces termes : « Nous sommes venus voir et comprendre ce que fait le BMN qui est un instrument très important créé par le gouvernement pour aider nos entreprises à faire face à la concurrence induite par la signature et la mise en œuvre des accords de partenariats économiques (APE) entre le Cameroun et l’Union européenne. Nous voulions savoir si le BMN dispose d’un filet pour la diaspora ; si oui quel est-il ? Si non, pourquoi ? Nous repartons très satisfaits par ce que nous avons vus et entendus », a confié Louis Henri Ngantcha à la presse.

Un sentiment partagé par le député Emmanuel Banmi qui s’est dit « admiratif du travail abattu par le BMN avec très peu de moyens mis à sa disposition. Nous avons vu les réalisations du BMN, mais nous avons aussi été instruits des difficultés qui entravent la pleine réalisation de ces missions. Nous pensons en tant que parlementaires qu’il faut agir pour permettre à cet important instrument de l’État de jouer son rôle qui est vital pour le décollage économique du Cameroun ».

Au terme de cette séance de travail (qui a duré trois heures), les parlementaires ont fait savoir qu’une réunion entre les ministères en charge de l’Économie et des Relations extérieures sera prochainement organisée avec la coordination du député Emmanuel Banmi, président de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale. Cette réunion sera essentiellement dédiée à l’évaluation de la mise en œuvre de l’APE bilatéral avec l’Union européenne, et notamment de l’instrument BMN mis en place par les pouvoirs publics pour préparer les entreprises industrielles à faire face à la concurrence européenne.

Réactions

Louis Henri Ngantcha, président du réseau des parlementaires pour la diaspora, la coopération décentralisée et transfrontalière (REP-COD).

« Il est bon que le BMN soit fortement accompagné »

Nous avons eu une séance de travail qui a duré pratiquement 03 heures. C’est dire l’importance des sujets débattus. Nous sommes très heureux de savoir qu’il y’a une équipe à la tête de ce Bureau qui fait un travail formidable. En très peu de temps, et avec peu de moyens, le BMN a accompagné beaucoup d’entreprises. Naturellement ce bureau fait face à des difficultés. Nous savons que notre pays comme tous les autres connait des difficultés. Les différentes crises mettent à mal les économies des pays les plus structurés que le notre. Le gouvernement fait ce qu’il peut, mais il est bon dans la mesure du possible que le BMN soit fortement accompagné parce que c’est un Bureau central pour notre économie. Nous partons d’ici très contents. Nous sommes des parlementaires et le rôle du parlementaire c’est d’accompagner toutes les structures que le gouvernement met en place pour faire avancer notre pays. Et nous pensons que nous jouerons notre rôle d’interpellation du gouvernement. Il faut savoir que le BMN n’est pas né de lui-même. Si le gouvernement l’a créé c’est parce qu’il sait ce qu’il peut attendre de ce Bureau et nous sommes conscient que le gouvernement lui-même connait les difficultés auxquels fait face ce Bureau. Le gouvernement doit être dans la recherche des solutions. Mais nous sommes là pour accompagner et encourager également le BMN à tenir bon.

Emmanuel Banmi, président de la commission des affaires étrangères à l’Assemblée nationale.

« Le BMN a beaucoup de difficultés sur le plan juridique et financier »

Le Bureau de mise à niveau des entreprises a été mis en place après la signature des accords de partenariats économiques avec l’Union Européenne qui prévoyait sur une période échelonnée, le démantèlement des droits de douanes sur certains produits. Il était donc question que ce Bureau s’occupe de la mise à niveau des entreprises locales. Nous sommes venus voir ce qui a été fait pendant tout ce temps-ci. Est-ce que nos entreprises aujourd’hui sont assez compétitives vis-à-vis des entreprises de l’Union européenne, et de savoir aussi comment fonctionne ce Bureau. Et s’il y’a les difficultés, qu’est-ce que nous pouvons faire en tant que parlementaires. Nous avons constaté avec étonnement et même joie que malgré la modicité des moyens mis à la disposition, ce Bureau a fait beaucoup de choses. Plus de 850 entreprises ont sollicité les services de ce Bureau, environ 400 entreprises ont été retenues. La plupart des entreprises effectivement accompagnées ont vu leurs chiffres d’affaires augmenter grâce au travail du Bureau. C’est à encourager. Le Bureau a également eu beaucoup de difficultés surtout sur le plan juridique et financier. Nous pensons que c’est de notre mission et nous allons nous y atteler pour pouvoir permettre à ce Bureau de bien fonctionner, parce que le fonctionnement optimal du BMN sera le socle de l’éclosion de l’économie camerounaise.

Joyeux Noël et Bonne Année 2024

[video width="640" height="368" mp4="http://bmncameroon.org/wp-content/uploads/2023/12/bmn-bonnes-fetes-2023.mp4"][/video]            

Transformation du coton : Vers l’opérationnalisation de la Cameroon Textile Laboratory

Le rapport y relatif du Groupe de travail présidé par le BMN a été restitué au ministre des Petites et Moyennes entreprises, de l’Economie Sociale et de l’Artisanat (Minpmeesa).

Le directeur du Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises, a restitué le 23 novembre 2023 à Yaoundé, le rapport du groupe de travail chargé de l’opérationnalisation de la Cameroon Textile Laboratory (Camtex Lab). Un incubateur-accélérateur des petites et moyennes industries (Pmi) dans le domaine du textile-confection qui va en outre transformer le coton en fils. La séance de travail y relative était présidée par le Minpmeesa, Achille Bassileken III, en présence notamment du représentant de l’assistance technique, Alain Boutchang, mandaté par la coopération allemande (GIZ), bailleur de fonds de cette phase conceptuelle. Après avoir évoqué le contexte d’execution de la mission « marqué principalement par un retard (02 mois) dans le démarrage de la mission du fait des pesanteurs administratives », la présidente dudit groupe de travail en a rappellé les missions. Au rang de celles-ci figurent : la détermination de la forme juridique de CAMTEX LAB ; l’élaboration des textes relatifs à sa création et à son opérationnalisation ; la détermination de l’organigramme et l’élaboration des statuts de son personnel ; la réalisation et la conduite des actions nécessaires à son hébergement provisoire ; la finalisation et le suivi de la budgétisation du plan d’actions prioritaires ; et la mise en œuvre des actions nécessaires à la mobilisation des ressources humaines, matérielles et financières en appui au démarrage effectif de ses activités. Des « objectifs tous adressés », a-t-elle lancé Chantal Elombat Mbedey. L’on retient en substance de cette présentation que CAMTEX LAB sera un Groupement d’intérêt public (Gip) doté de la personnalité juridique et d’une autonomie financière dont le siege est fixé à Maroua. Les premiers investissments necessaires à son lancement se chiffrent à 1 169 243 520 FCFA. Dans la convention constitutive de CAMTEX LAB, proposée par le Groupe de travail, il apparait que les parties sont : l’État du Cameroun représenté par le Minpmeesa ; les partenaires techniques et financiers désireux d’accompagner la filière textile-confection ; les collectivités territoriales décentralisées ; l’université de Maroua (via son École nationale supérieure polytechnique) ; la Société de développement du coton (Sodecoton) ; et la Confédération nationale des producteurs de coton (Cnpc). Au chapitre des activités de Camtex Lab, il y aura entre autres : l’accompagnement des porteurs de projets dans la conceptualisation et la création de leur entreprise à travers un programme sur-mesure ; l’identification et la mobilisation des ressources de financement nécessaires aux porteurs de projets ; la contribution au développement et à l’industrialisation de la filière coton-textile-confection-cuir au Cameroun. Cette dernière activité fait écho à une autre activité phare de Camtex Lab qui sera la transformation du coton en fils via la technologie indienne baptisée « Microspin ». La mise en œuvre au Cameroun de ce modèle de microfilature vient répondre à un besoin pressant de l’industrie textile national relatif à la disponibilité du fil de qualité jusqu’ici importé principalement de Chine et d’Inde. L’ambition affichée par les pouvoirs publics dans la Stratégie nationale de développement ( SND 30) est en effet de transformer au moins 50% de la fibre de coton produite localement, d’ici à l’horizon 2030, sur une base estimée à 600 000 tonnes. Selon une étude de positionnement stratégique de la filière coton-textile-confection réalisée par le BMN en 2022, à peine 2% de ce volume est aujourd’hui transformée localement . C’est dire l’intérêt du projet Camtex/Lab qui sous le rapport d’une centaine de Miscrospin pourrait permettre la transformation de 125 000 tonnes de fibres de coton, soit une contribution d’environ 13% à l’atteinte des objectifs déclinés dans la SND 30. Au terme cette présentation, le ministre Achille Basseliken III a felicité le Groupe de travail et indiqué que « la prochaine étape sera la mobilisation des ressources financières en vue de la mise en place de la Cameroon Textile Laboratory. Cette séance de travail s’est achevée par la remise des chèques d’une valeur de deux millions de FCFA chacun aux incubés du projet Camtex Lab.      

Salon des banques et PME de l’UEMOA: Le Directeur du BMN invité spécial

Cameroon Textile Laboratory : Le BMN et l’Université de Maroua désormais partenaires

Le Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) et l’École nationale supérieure polytechnique  de l’Université de Maroua (ENSPM) ont signé ce 15 septembre 2023, sur le campus principal de cette institution universitaire, un mémorandum de collaboration en vue de l’opérationnalisation de la Cameroon Textile Laboratory (CAMTEX LAB). La cérémonie y relative était présidée par le Pr Idrissou Alioum, recteur de l’Université de Maroua, en présence de Chantal Elombat Mbedey, directeur du BMN et du Pr Mohamadou Alidou, directeur de l’ENSPM.

https://m.youtube.com/channel/UCd4mSf26o5rWWHzEf2YZksw

Dans son propos de circonstance, le Pr Idrissou Aliou s’est dit « heureux de ce partenariat avec le BMN qui va contribuer à donner un contenu plus concret à une des missions de l’université qui est de garantir l’employabilité de ses produits en leur inculquant un esprit entrepreneurial ». Pour Chantal Elombat Mbedey « le choix de l’Université de Maroua, via son École Nationale Supérieure Polytechnique au titre de partenaire stratégique est apparu comme une évidence.  L’École Nationale Supérieure Polytechnique de l’Université de Maroua dispose en effet de l’expertise nécessaire dans les domaines du génie textile et cuir, énergies renouvelables, de l’étude d’impact environnemental, de génie civil et architecture. Des savoirs qui seront utiles pour la construction des bâtiments devant abriter CAMTEX LAB », a confié la patronne du BMN. CAMTEX LAB apparait comme une contribution non négligeable à l’essor de la filière textile-confection au Cameroun. Le BMN a été identifié par la Deutsche Gesellschaft fûr Internationale Zusammenarbeit (GIZ) pour mettre en œuvre ce projet d’incubateur-accélérateur des petites et moyennes industries qui intègre la chaîne de valeur du coton textile-confection au Cameroun. Il s’agit en réalité du prolongement du projet ProCOTON de la GIZ dont le CAMEROUN est bénéficiaire.   Le BMN se propose de développer formellement CAMTEX LAB pour pérenniser l'action du projet ProCOTON avec en perspective l’installation à l’Université de Maroua, d’une petite unité industrielle complète dénommée MICROSPIN pour la transformation des fibres de coton en fils. Le Projet CAMTEX LAB pour lequel le BMN a été sollicité par la GIZ en vue de son opérationnalisation, procède de l’idée qu’en créant, puis en dupliquant de petites industries filaires à l’échelle nationale, le Cameroun produira du fil de qualité, matériau essentiel dans l’industrie du textile. Ce qui dans le même temps permettra de réduire le volume des exportations des fibres de coton.  Selon une étude réalisée et restitué en 2022  par le BMN sur le positionnement stratégique de la filière textile-confection au Cameroun, à peine 2% de la production nationale de coton (estimée à 328 000 tonnes en 2020 – un record), est transformée localement. Le reste de la production cotonnière est exportée, alors que chaque année le Cameroun importe massivement de la friperie pour plusieurs centaines de milliards de FCFA. Toute chose qui contribue à grever le déficit de sa balance commerciale. La Stratégie nationale de développement (SND 20-30), escompte pourtant une transformation locale d’au moins 50% de la production de fibres de coton à l’horizon 2030. Une vision dans laquelle s’inscrit pleinement le BMN dont un des chantiers actuels porte sur la mise en place d’un Centre technique national du textile. La conclusion de ce partenariat entre le BMN et l’Université de Maroua au bénéfice de CAMTEX LAB, a été précédée la veille par la signature à Garoua, d’un accord entre le BMN et la Société de développement du Coton (SODECOTON) en vue de la vente à CAMTEX LAB de fibres de coton.  

https://www.youtube.com/channel/UCd4mSf26o5rWWHzEf2YZksw

   
Français