Agro-alimentaire : le BMN finance deux études sur le positionnement stratégique de deux filières.

Atelier de restitution de deux études de positionnement stratégique à Douala le 09 juillet 2020

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises a organisé le 9 juillet 2020 à Douala, un atelier de restitution de deux études de positionnement stratégique de l’agroalimentaire concernant la filière viande et poisson d’une part, et la filière vins et spiritueux, d’autre part.

Ces études viennent s’ajouter aux quatre autres études précédemment réalisées sur le positionnement de la filière transformation des graines et fabrications de produits amylacés, de la filière oléagineux et aliments pour animaux, de la filière fruits et légumes et enfin de la filière tabac.

En prélude à la fusion annoncée de la CEMAC et la CEEAC dont le potentiel d’opportunités est important, l’objectif desdites études est, d'après le Directeur du BMN, de produire des données, informations et recommandations susceptibles d’éclairer la décision du gouvernement, des investisseurs, des banques et des entreprises quant au positionnement stratégique sur ce marché sous-régional.

Ces études sont réalisées dans le cadre du Programme Industrialisation et Valorisation des Produits Agricoles (PIVPA) mis en œuvre par le BMN sur financements AFD/C2D et qui vise à améliorer la compétitivité du secteur privé agroalimentaire du Cameroun à travers un accroissement substantiel de sa productivité.

Restitution des études de positionnement stratégique
Atelier de restitution des études de positionnement stratégique

Sensibilisation à Garoua pour l’adhésion des PME aux CGA

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises (BMN) a pris part le 27 juin 2019 à Garoua à la caravane de sensibilisation pour l'adhésion des PME aux centres de gestion agréés (CGA) organisée par le Ministère des petites et moyennes entreprises, de l'économie sociale et de l'artisanat (MINPMEESA).

Cet événement présidé par le Ministre Achille BASSILEKIN III a servi de cadre au BMN pour sensibiliser les entreprises présentes au Programme National de Mise à Niveau (PNMAN) et plus particulièrement au Programme d’Industrialisation et de Valorisation des Produits Agroalimentaires (PIVPA), financé par l’Agence Française de Développement (AFD). 

L'équipe du BMN conduite par l'Expert Industrie Luc NYETAM, s'est déployée à travers un stand exposant les produits et services du BMN. Elle s'est donnée à cœur joie lors de la visite de son stand par le Ministre suivi par les chefs d'entreprises, pour expliquer les missions du BMN et les appuis offerts aux entrepreneurs agroalimentaires à travers le PIVPA, à savoir la mise à niveau des entreprises cibles en vue du renforcement de leur compétitivité sur les marchés local et international. 

Le PIVPA couvre la période 2017-2019 et est financé à hauteur de 07 milliards de FCFA dans le cadre du troisième C2D (Contrat Désendettement Développement) conclu le 30 juin 2016 entre le Cameroun et la France, dans le cadre de l’effort supplémentaire d’annulation de la dette du Cameroun envers la France, en vue du renforcement de la compétitivité des entreprises agroalimentaires.  

Vous êtes promoteur d’une entreprise agroalimentaire? Venez vite vous inscrire au BMN pour bénéficier de la mise à niveau globale ou spécifique (certification de vos systèmes de management, technique de vente, organisation, ressources humaines, comptabilité, etc.)

   Adhérez ici 

[rl_gallery id="1574"]

Le BMN poursuit sa démarche de certification

Le Dir. et des employés du BMN en salle de formation

Dans le cadre de sa démarche de certification aux normes ISO 9001:2015, ISO 14001:2015, ISO 45001:2018 le Bureau de Mise à Niveau des entreprises  (BMN) a poursuivi les ateliers de formation et de coaching du lundi 27 au vendredi 31 mai 2019 à l'hôtel TOU'NGOU de Yaoundé. Il s’est agi cette fois-ci du chapitre 6.1 de la norme ISO 9001: 2015 qui est relatif aux actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités lors de la mise en place du système de management intégré (SMI). 

Ces ateliers font suite à ceux du mois d’avril dernier, au même endroit, qui se rapportaient à l’approche processus du BMN conformément au chapitre 4.4 de la norme ISO 9001:2015. 

Ces divers ateliers ont été animés par Malek Harami, expert-consultant international en système de management intégré.

[rl_gallery id="1550"]

Benchmarck/Mise à niveau: l’expérience togolaise explorée

A l’invitation S-T Kodjo Adedze, ministre togolais du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale, une équipe d’experts du Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises camerounaises séjourne depuis hier à Lomé.

Conduite par Chantal Elombat Mbedey, le directeur du BMN, la délégation camerounaise effectue dans ce pays frère, une visite de travail, d’amitié et d’échanges d’expériences auprès du Bureau de restructuration et de mise à niveau des entreprises (BRMN).

Au programme de cette mission figurent entre autres, une audience au ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale, des visites d’entreprises, des réunions avec les responsables du BRMN du Togo, des consultants locaux, des responsables du Projet de promotion de la compétitivité du secteur privé (ProComp) mis en œuvre avec le partenariat de la GIZ.

Au premier jour de cette visite de travail, Chantal Elombat Mbedey et ses collaborateurs ont participé à une réunion de cadrage des diagnostics des différentes fonctions de l’entreprise, assortis des propositions de renforcement des capacités de 20 PME.

Présidée par Sallah Kanko M., directrice du BRMN Togo, cette réunion était précédée par une autre dédiée à la méthodologie de sélection de 20 entreprises bénéficiaires des diagnostics stratégiques globaux.

L’on retient de cette articulation à laquelle a également pris part la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo, la prise en compte dans les critères de sélection, du genre du promoteur, de la localisation géographique, de la filière (parmi celles prioritaires retenues), du chiffre d’affaires (entre 30 millions et 1 milliard de FCFA) et l’application d’un quota (70 % PME - 30 % TPME).

Le ProComp vise l’amélioration de la compétitivité du secteur privé togolais à travers 5 axes: l’amélioration de l’accès des entreprises à la matière première, aux produits intermédiaires et aux intrants; l’amélioration de leurs accès aux services financiers; l’amélioration de l’accès des entreprises aux marchés internationaux; l’amélioration de l’offre de soutien aux investissements durables; le renforcement des conditions nécessaires à l’amélioration du cadre juridique et administratif des entreprises privées.

Cette première journée de travail s’est terminée par une audience au ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale.

 

Financement des entreprises : Le BMN et Afriland First Bank signent une convention

La cérémonie y relative s’est tenue le 17 novembre dernier au siège du Bureau de Mise à niveau.

Le Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) et Afriland First Bank ont signé le 17 novembre 2022 à Yaoundé, une convention de collaboration. Une convention au bénéfice des entreprises admises au Programme national de mise à niveau (PNMAN) qui éprouvent d’énormes difficultés, fautes de moyens financiers, à implémenter les actions matérielles et immatérielles qui leur sont prescrites.

« La signature de cette convention avec le leader du secteur bancaire au Cameroun s’inscrit précisément dans le cadre de la recherche des solutions pérennes pour le financement des plans de mise à niveau des entreprises admises au PNMAN. Au travers de ce bel exemple de partenariat public-privé, le BMN et Afriland First Bank s’engagent à contribuer davantage à la réussite de la Stratégie nationale de développement (SND 30), dont un des piliers majeurs est la transformation structurelle de l’économie camerounaise », soutient Chantal ELOMBAT MBEDEY, le directeur du BMN.

Pour YOUSSOUFA BOUBA, directeur général adjoint de Afriland First Bank, « cette convention est le fruit de la volonté des deux parties de renforcer leurs efforts à l’endroit de l’industrie et des entreprises. La First Bank mobilise plusieurs outils pour soutenir l’industrie camerounaise qui est l’un des secteurs qu’elle finance le plus. A ce jour, les encours de crédits sur l’industrie légère se chiffrent à 118 milliards de Fcfa, et sont de 105 milliards de Fcfa sur l’industrie lourde, soit un total de 224 milliards sur l’industrie. La First Bank souhaite en faire plus, d’où le sens de cette collaboration avec le BMN ».

Dans un contexte général marqué par la difficulté des entreprises à accéder aux financements, ce partenariat entre le BMN et Afriland First Bank apparait donc comme une opportunité à saisir, d’autant que le leader camerounais du secteur bancaire s’engage à financer les programmes de mise à niveau des entreprises du portefeuille du BMN, grâce à des conditions préférentielles de crédits.

La convention avec Afriland First Bank vient compléter une liste déjà bien fournie des partenaires stratégiques du BMN qui œuvrent dans le champ du financement des entreprises. Il s’agit du Crédit du Sahel, de African Leasing Company (absorbé par sa maison-mère Afriland First Bank) ; de la Banque camerounaise des PME (BC PME) ; de Investisseurs et Partenaires (I&P), de Pro PME, du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE), et de l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (APECCAM).

SIAL 2022: Les impressions de la délégation amenée par le BMN

https://www.youtube.com/watch?v=zH0KhndR9Go https://www.youtube.com/watch?v=fw12QwxAaU4 https://www.youtube.com/watch?v=_kx2uUpqYPU

Agroalimentaire: le « Made in Cameroon » s’exporte au SIAL 2022 Paris

Sous la bannière du Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises, des produits nationaux étaient présents au Salon international de l’agroalimentaire (SIAL).

Le plus grand salon de l’innovation agroalimentaire au monde s’est achevé le 19 octobre 2022 dans le parc des expositions Paris-Villepinte au Nord de la capitale française. Au rang des 7200 exposants et 310 000 professionnels qui ont pris part à cette grand-messe de l’alimentation industrielle, se trouvait le BMM qui y a conduit cinq entreprises de son portefeuille appartenant au secteur de l’agroalimentaire.

Locataire du stand 3 A 107, le BMN et les entreprises accompagnées ont représenté le Cameroun à ce forum mondial qui regroupait plus de 100 pays. Les exposants camerounais ont ainsi eu l’occasion de présenter leurs produits aux professionnels de la distribution et de la restauration, mais aussi de faire découvrir les prochaines tendances commerciales, et nouer des partenariats d’affaires.

Distribution et commerce, industrie agroalimentaire, restauration, professionnels du vin... tous les grands acheteurs des cinq continents ont effectivement visité ce salon pour trouver de nouveaux produits alimentaires, de nouveaux fournisseurs, et faire des rencontres professionnelles en B2B.

Sous la bannière du BMN, les entreprises NT Food, SCTIM, Dema Compagny, Authentic Food et Fine Biscuits ont présenté des produits agroalimentaires très appréciés par les visiteurs en raison notamment de « leur essence bio », explique Arun L. Bharwani représentant du fonds d’investissement Merchant investors LTD.

Dans le détail, NT Food qui commercialise des produits agroalimentaires sous la marque « Tanty » a entre autres exposé sa bouillie infantile, ses caramels, et ses chips ; SCTIM a présenté sa gamme très variée de produits laitiers, tandis que Dema Compagny a fait découvrir ses biscuits de marque « Sprits » très appréciés pour leur non teneur en gluten, en sel, en sucre ajouté, et leur richesse en fibres, en vitamines et minéraux. Autentic Food et Fine biscuits étaient respectivement représentés via leurs produits à base de poudre 100% beurre de cacao, et biscuits de patate.

Pour Thieri Nyamen Njampon, « le SIAL a été une formidable opportunité en ce sens qu’il nous a permis de nous frotter aux entreprises africaines, européennes et américaines, et de voir qu’il y a encore beaucoup de travail à faire », explique le promoteur de NT Food. Abdoulaye Abassi, le PDG de SCTIM retient une expérience « très enrichissante. Nous avons été approchés par plusieurs groupes. Certains se sont dits intéressés par notre manière de produire, d’autres nous ont proposé de nouveaux emballages. Nous avons également pris conscience que nous avons certaines matières premières chez nous qui sont encore inexploitées alors qu’il y a une forte demande ».

Selon Alida Demfack, « le SIAL 2022 a été l’occasion de rencontrer des clients potentiels, mais aussi des fournisseurs de matières premières qui nous ont proposé des prix très attractifs ce qui pourrait nous permettre de réduire nos coûts de production et être à la fois compétitifs sur le marché local et international », indique la patronne de Dema Compagny qui regrette cependant que « le BMN n’ait pas eu plus de moyens pour donner davantage de visibilité aux entreprises camerounaises et à leurs produits ».

Interpellée justement sur le sujet par la presse, Chantal Elombat Mbedey, le directeur du BMN a expliqué « que malgré la difficile conjoncture actuelle, de gros efforts ont été consentis pour assurer la présence des entreprises camerounaises a cet évènement majeur dont le coût de participation est conséquent. L’essentiel c’est que le Cameroun et son savoir-faire en matière agroalimentaire se vendent dans ce forum mondial. Ce qui a je crois été le cas ». Après cinq jours d’exposition, le SIAL s’est refermé en donnant rendez-vous en 2024 aux professionnels de l’agroalimentaire, de la distribution et de la restauration.

……………………………………………..

Interview

Chantal ELOMBAT MBEDEY

"Nos entreprises ont pu voir ce qui se fait le mieux au monde"

Le directeur du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) parle de la présence de cette institution au Salon international de l’agroalimentaire (SIAL) 2022.

Quel est le sens de la présence du BMN au SIAL 2022 ?

Le Bureau de mise à niveau des entreprises camerounaises a conduit cinq entreprises au Salon international de l’agroalimentaire (SIAL) 2022 qui s’est tenue du 15 au 19 octobre à Paris-Villepinte. De ces cinq entreprises, trois étaient physiquement représentées par leur chef, et deux n’ont malheureusement pu être présentes en raison notamment de contraintes administratives. La présence du BMN au SIAL qui est le plus grand évènement mondial de l’innovation en matière d’agroalimentaire, procède du souci d’offrir aux entreprises de notre portefeuille sélectionnées, une vitrine d’exposition de leurs produits, mais aussi l’occasion de voir ce qui se fait de mieux dans leur secteur, et de nouer des partenariats d’affaires. La mise à niveau étant un processus continu d’amélioration, et il était indispensable surtout dans un contexte de libre-échange avec l’Union européenne, et d’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf), que nos entreprises soient préparées et informées sur les tendances et innovations dans leur secteur, d’autant qu’elles auront ou ont déjà, pour concurrents des entreprises étrangères. Le BMN en tant que bras séculier du gouvernement en matière de mise à niveau des entreprises a tenu à conduire ces entreprises de son portefeuille à ce grand salon où le Cameroun qui est un pays de grand potentiel agroalimentaire ne pouvait être absent.

Comment et pourquoi le BMN a-t-il retenu un nombre si modeste d’entreprises ?

La participation à un salon comme le SIAL coûte assez cher, et malgré notre bonne volonté, il n’est pas toujours possible d’aller au-delà de ce qui a été fait. Nous faisons au mieux des moyens disponibles. Le plus important c’est que les entreprises sélectionnées au terme d’un appel à manifestation de candidature exposent leurs produits, promeuvent le made in Cameroon, voient les tendances de leur secteur, se remettent en question et nouent des partenariats d’affaires.

Quel bilan le BMN peut-il dresser de cette participation au SIAL ?

Les objectifs que nous nous étions fixés au départ ont été globalement tous atteints. Certes, nous aurions aimé que toutes les entreprises soient physiquement présentes, et cela n’a pas été le cas en raison notamment de contraintes administratives, mais le feedback des entreprises est positif. Leurs produits ont été exposés, appréciés par les visiteurs du Salon, et elles ont pu nouer des contacts d’affaires ce qui est évidemment très important. Nos entreprises ont aussi pu se frotter aux entreprises qui excellent dans leur secteur. C’est une saine émulation qui leur est bénéfique puisque cela permet de rehausser les standards de fabrication de leurs produits.

……………………………………………..

Réactions

Jean Jacques NGANGUE DOOH, représentant du Syndustricam (Syndicat des industriels du Cameroun) au Comité de pilotage du BMN

« Le Cameroun a été représenté »

Nous avons un sentiment de satisfaction déjà par rapport à l’initiative prise par le Bureau de mise à niveau de conduire cinq entreprises de son portefeuille à ce Salon. Cela a effectivement permis que le Cameroun ne soit pas absent à ce grand rendez-vous mondial. Je voudrais m’attarder sur les deux objectifs du Salon : dessiner l’alimentation de demain et rassembler les professionnels de l’industrie agroalimentaire dans les attentes et les habitudes de consommation des pays du monde entier. Quand vous regardez ces deux objectifs, cela doit nous amener à nous positionner à travers l’expertise du BMN pour proposer des produits compétitifs en termes de qualité et de prix en nous appuyant notamment sur le créneau du bio.

…………………

Abdoulaye Abassi, le PDG de SCTIM

« Ce salon a été une expérience très enrichissante »

Ce salon a été une expérience très enrichissante. Nous avons eu l’occasion de voir ce qui se fait le mieux dans le secteur de l’agroalimentaire. A travers le BMN nous avons pu voir une application concrète du discours du chef de l’État qui invite les jeunes à saisir les opportunités qu’offrent le Cameroun pour contribuer à faire émerger notre pays. Nous avons été approchés par plusieurs groupes qui nous ont proposé opportunités de partenariats. Nous repartons satisfaits de ce Salon et allons capitaliser cette expérience pour faire grandir notre entreprise.

……………………

Thieri Nyamen Njampon, PDG de NT Food

« Le SIAL nous a permis d’avoir des contacts extraordinaires ».

Nous avons compris en participant au SIAL qu’il y a encore beaucoup de travail à fournir. En nous cantonnant au marché camerounais nous nous enfermons alors qu’il y a énormément d’opportunités. Nous allons travailler davantage pour donner plus de valeur ajoutée à nos produits. Le SIAL nous a permis d’avoir des contacts extraordinaires de distributeurs sur l’Europe, sur l’Amérique et l’Amérique latine. Il serait souhaitable qu’à l’avenir un budget plus important soit consacré à ce type d’activité pour donner plus de visibilité parce qu’en définitive, c’est le Cameroun qui est représenté.

……………………

Alida Demfack, PDG de Dema Compagny

« Nous avons renforcé notre crédibilité »

En participant au SIAL 2022, nous avons pu voyager à travers le monde et rencontrer des clients que nous avions déjà ; ce qui a renforcé notre crédibilité auprès d’eux. Nous avons aussi pu rencontrer des clients potentiels, mais aussi des fournisseurs de matières premières qui nous ont proposé des prix très attractifs ce qui pourrait nous permettre de réduire nos coûts de production et être à la fois compétitifs sur le marché local et international.  Nous aurions néanmoins souhaité que le BMN ait plus de moyens pour donner davantage de visibilité aux entreprises camerounaises et à leurs produits ». 

SIAL 2022: LE BMN AU RENDEZ-VOUS

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises Camerounaises conduit une délégation des chefs d'entreprises au Salon International de l'Agroalimentaire à Paris (SIAL).

Le nouveau président de l’ONECCA présenté au directeur du BMN

L'ancien président de l'ordre national des experts comptables du Cameroun (ONECCA), avec qui le BMN avait une convention est venu présenter son successeur élu au Directeur du BMN ce 09 septembre 2022. Les deux experts ont été reçus à Yaoundé dans la salle de réunions du Bureau de mise à niveau des entreprises par Madame Chantal ELOMBAT MBEDEY le directeur et ses proches collaborateurs. A gauche (en veste) : M. William NGWA FORCHU le nouveau Président de l'ONECCA, Au centre : Mme Chantal ELOMBAT MBEDEY le Directeur du BMN, A droite : M. Léonard AMBASSA l'ancien  Président de l'ONECCA et actuel Président d'honneur de ladite organisation [caption id="attachment_3258" align="aligncenter" width="663"] Le directeur du BMN et le nouveau président de l'ONECCA[/caption] [caption id="attachment_3256" align="aligncenter" width="753"] Le directeur du BMN et le président d'honneur de l'ONECCA[/caption] [caption id="attachment_3254" align="aligncenter" width="752"] Séance de travail entre le BMN et l'ONECCA au siège du BMN à Yaoundé[/caption] [caption id="attachment_3255" align="aligncenter" width="752"] Photo d'ensemble BMN et ONECCA[/caption]

Développement des compétences: le BMN et le PADESCE se concertent

Les deux institutions ont tenu ce jour à Yaoundé une séance de travail pour définir le cadre de leur coopération future.

La salle de réunion du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) a servi de cadre le 08 juillet 2022 à la séance de travail entre le BMN et le Projet d’Appui au développement de l’enseignement secondaire et des compétences pour la croissance et l’emploi (PADESCE). Cette séance de travail qui fait suite à l’audience qu’a accordée Chantal ELOMBAT MBEDEY, directeur du BMN à Paulette BAYIHA, coordonnateur général du PADESCE, était ponctuée par deux articulations majeures.

La première a consisté en la présentation des deux institutions. Dans le cadre de cet exercice, le Dr BAYIHA et ses collaborateurs ont succinctement décliné les missions, ainsi que les principaux axes d’intervention du PADESCE. Le BMN s’est plié au même exercice par la voix de Luc NYETAM, son expert industries qui a évoqué entre autres, les missions, les réalisations, et les perspectives du Bureau, acteur central de la mise à niveau au Cameroun.

A la suite de cette présentation, et en prélude aux échanges entre les deux parties, Chantal ELOMBAT MBEDEY a souligné « le rôle important du BMN dans la mise en œuvre de la Stratégie nationale de développement qui ambitionne notamment la transformation structurelle de l’économie camerounaise ».

La seconde articulation de cette séance de travail a porté sur les axes de coopération potentiels entre le BMN et le PADESCE. Pour l’essentiel, les deux parties ont convenu de mettre très prochainement en place un cadre formel de coopération pour dynamiser la production des compétences dont ont besoin les entreprises, principales pourvoyeuses de richesses et d’emplois. Les collaborateurs des deux responsables ont été instruits de préparer la convention qui va encadrer juridiquement cette coopération qui sonne d’ores et déjà comme une contribution significative à l’amélioration de l’écosystème de l’entreprise et la lutte contre le chômage au Cameroun.

Pour mémoire, le PADESCE, à travers son mécanisme compétitif de développement des compétences (MCDC) est le fruit des concertations entre le Gouvernement Camerounais et la Banque mondiale pour l’accélération des réformes initiées dans la SND30.

Le gouvernement camerounais et la Banque Mondiale (BM) ont en effet conduit une série d’études analytiques sur le dispositif de l’enseignement et la formation technique et professionnelle (EFTP) dont celle intitulée « compétences pour l’emploi et la diversification de l’économie au Cameroun ».

Selon les conclusions desdites études « le système des EFTP du Cameroun ne produit pas les types et les niveaux adéquats de compétences pouvant répondre à la demande actuelle du secteur formel de l’économie et assurer la transformation économique (diversification et compétitivité) attendue à l’horizon 2035 ».

………………………………..

RÉACTION

Dr Paulette BAYIHA, Coordonnateur général du PADESCE: « Nous voulons que le BMN nous serve de guide »

Nous avons souhaité venir aujourd’hui au Bureau de Mise à Niveau des Entreprises pour nous imprégner de son expérience et élaborer ensemble les axes d’une collaboration future. Nous voulions nous imprégner de l’expérience du BMN en matière d’accompagnement des entreprises parce que dans un de nos guichets nous avons l’accompagnement des PME et donc les activités du Bureau National de Mise à Niveau nous intéressent à plus d’un titre. Le BMN est pionnier dans l’accompagnement des entreprises, et nous voulons qu’il nous serve un peu de guide dans ce que nous voulons faire.

 

 

Management de la qualité : Le BMN accompagne AGROCAM à la certification ISO 9001 : 2015

La cérémonie de remise du certificat s’est déroulée le 23 juin 2022 à Douala sous la présidence de Chantal ELOMBAT MBEDEY.

C’est dans le décor faste de l’hôtel SAWA à Douala ce 23 juin 2022 que l’entreprise AGROCAM, représentée par son Directeur Général, Jean Daniel AYAMAPI a reçu des mains de Chantal ELOMBAT MBEDEY, patronne du BMN, son certificat ISO 9001 version 2015. La cérémonie y relative riche en sons et couleurs, s’est déroulée en présence notamment de Marcel TCHAGONGOM, président du conseil d’administration de AGROCAM, ainsi que de nombreux collaborateurs de ce géant national de l’aviculture.

Dans son propos de bienvenue, Jean Daniel AYAMAPI a indiqué que « cet événement constitue l'aboutissement d'un travail collectif considérable entrepris depuis 2014, année au cours de laquelle notre feu Directeur Général Monsieur Philippe NOUTCHOGOUIN saisit le Bureau de Mise à Niveau dans le but d’adhérer au Programme national de mise à niveau (PNMAN), et mettre en place au sein d’AGROCAM des systèmes de management de la qualité selon les normes ISO 9001, 14001, 22000, 17025 et OHSAS 18001 ».

Le Directeur Général d’AGROCAM ajoute : « Nous constatons avec beaucoup de joie la transformation de notre organisation grâce aux outils de la norme ISO 9001 version 2015. Aujourd’hui, nous avons l’assurance d’avoir tous les outils pour satisfaire notre clientèle mais surtout garantir la pérennité de cette entreprise dont l’aventure a commencé il y a plus de trente ans ».

L’avènement de cette certification d’AGROCAM à la norme ISO 9001 : version 2015,

constitue l’heureux aboutissement d’un long parcours jalonné de plusieurs défis qui ont fait l’objet de témoignages des principaux acteurs de ce processus.

Avant de dérouler son allocution de circonstance, le Directeur du BMN a invité l’assistance à respecter une minute de silence pour honorer les mémoires du promoteur d’AGROCAM, Jean Samuel NOUTCHOGOUIN, et de Philippe NOUTCHOGOUIN (DG), décédés respectivement en janvier 2018 et octobre 2019.

Chantal ELOMBAT MBEDEY a ensuite rappelé que « la certification ISO 9001 : 2015 permet d’agir sur au moins sur 3 leviers de la performance d’une entreprise, tant en interne que vis-à-vis de ses clients et prospects. Elle permet de donner confiance à ses clients et prospects et autres parties intéressées ; d’améliorer la performance interne ; d’impliquer, valoriser et développer les compétences des collaborateurs et autres parties intéressées pertinentes ».

Le Directeur du BMN s’est félicité de ce que « la certification ISO 9001 : 2015 va grandement contribuer à l’atteinte des principaux objectifs d’AGROCAM qui sont : la production des œufs à couver répondant aux qualités requises les plus strictes ; la production des poussins d'un jour conformément aux standards internationaux ; la fabrication des alvéoles adaptées à une manipulation aisée suivant les besoins des clients ».

Avant de conclure son propos, Chantal ELOMBAT MBEDEY a invité AGROCAM à garder le cap pour maintenir cette certification.

Avec 350 collaborateurs, AGROCAM revendique un chiffre d'affaires de 13 MILLIARDS FCFA en 2021, et est titulaire d’un permis environnemental depuis 2014. Son ambition est devenir le leader dans l’aviculture en Afrique Centrale en développant la chaîne de valeur avicole.

Financement des entreprises: le BMN et l’APECCAM mutualisent leurs efforts

Les deux institutions ont signé le 22 juin 2022 à Yaoundé, une convention de collaboration dans ce sens.

Le Bureau de Mise à Niveau (BMN) des entreprises et l’Association professionnelle des établissements de crédit du Cameroun (APECCAM) ont décidé de conjuguer leurs efforts pour l’essor des entreprises. Les deux institutions ont signé le 22 juin 2022 à Yaoundé, une convention dont l’objet principal est de mettre en place un cadre global et formel de collaboration en vue d’accompagner les entreprises admises au Programme National de Mise à Niveau (PNMAN) à accéder aux financements pour le renforcement de leur compétitivité.

Mme Chantal ELOMBAT MBEDEY, le Directeur du BMN et M. Alphonse NAFACK, le Président de l'APEECAM  

Dans le détail, ladite convention porte notamment sur : l’accompagnement accéléré de la croissance de l’entreprise pour un changement d’échelle, grâce à des programmes de financement, d’amorçage et/ou de formation; Le développement, par le financement des entreprises à fort potentiel de croissance et d’impact, qui accepteraient de collaborer avec les établissements de crédit membres de l’APECCAM ; L’expansion, par le financement direct des entreprises en vue de les accompagner dans leur développement et la maximisation de leurs impacts par les établissements de crédit, membres de l’APECCAM.

Pour le Directeur du BMN, « la signature de cette convention s’inscrit dans une logique de complétude de l’action du BMN en faveur de la compétitivité des entreprises. Notre mission est de mettre à niveau et restructurer les entreprises. Nous nous sommes rendus comptes qu’après avoir produit des plans de mise à niveau à l’issue d’un pré-diagnostic, puis d’un diagnostic rigoureux, il y avait des difficultés pour les entreprises à implémenter ces plans de mise à niveau en raison d’un accès pas toujours aisé aux crédits. Cette convention est une solution pour remédier à ce problème », s’est félicitée Chantal ELOMBAT MBEDEY.

Le président de l’APECAM a quant à lui indiqué que « les crédits bancaires à l’économie ont connu une progression de 9,4% pour se situer à 3 764 milliards FCFA en 2021, en dépit de la sinistralité du portefeuille de crédits qui demeure élevé à 14%. C’est dire combien le secteur bancaire qui accompagne déjà le système productif national, est disposé à en faire davantage pour le renforcement de sa compétitivité, tout en préservant sa stabilité », a précisé Alphonse NAFACK.

SND 30

Le Cameroun a adopté en novembre 2020 son nouveau plan décennal de développement, sous l’appellation de « Stratégie Nationale de Développement (SND30) » pour laquelle la transformation structurelle de l’économie constitue l’un des quatre piliers.

Le BMN est au cœur de la mise en œuvre de ce cadre de référence de l’action des pouvoirs publics pour la décennie en cours. Il lui revient à cet effet, de se doter des capacités et des compétences, des partenaires capables de lui permettre de jouer efficacement le rôle qui est sien dans la perspective d’un Cameroun émergent à l’horizon 2035.

Cette convention avec l’APECCAM vient compléter une liste déjà bien fournie de partenaires stratégiques du BMN qui œuvrent dans le champ du financement des plans de mise à niveau des entreprises. Il s’agit du Crédit du Sahel, de African Leasing Company (ALC), récemment absorbé par sa maison-mère Afriland First Bank; de la Banque Camerounaise des PME (BC PME) ; de Pro PME et du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE). Le renouvellement et la densification de la convention avec cette institution panafricaine a été acté le 06 octobre 2021a Cotonou au Benin.

 

Développement institutionnel: Des experts commis par l’ONUDI séjournent au BMN

Booster la contribution du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) à la réussite de la politique de transformation structurelle de l’économie camerounaise (pilier central de la Stratégie nationale de développement), tel est l’enjeu majeur de la vaste réflexion conduite par l’Organisation des Nations Unies pour le développemJent industriel (ONUDI).

Ce 23 mai 2022, s’est tenue au siège du BMN à Yaoundé, une séance de travail avec des experts commis par l’ONUDI. Cette rencontre qui se tient dans le cadre de la seconde phase du projet de développement institutionnel du BMN, a permis à l’équipe conduite par RIDHA BEN MOSBAH (accompagnée de RIADH GHARSALLAOUI) de présenter la feuille de route de cette étape qui fait suite à un diagnostic qui a révélé quelques insuffisances. 

La séance de travail de ce jour, présidée par Chantal ELOMBAT MBEDEY, directeur du BMN, a été l’occasion de passer en revue les points saillants de ce rapport diagnostic, et de peaufiner le cadre des réflexions pour la poursuite du projet.

Pour rappel, RIDHA BEN Mosbah qui conduit cette réflexion sous l’égide de l’ONUDI est un ancien ambassadeur tunisien et ancien ministre de l’Industrie et des PME dans son pays. Ingénieur civil des mines (1979) de formation, il est notamment titulaire du certificat en analyses de projets industriels de l'institut de développement économique de la Banque Mondiale (1981). 

Ben Mosbah a entamé sa carrière professionnelle à la Banque de développement économique de Tunisie (BDET) en qualité d'analyste de projets industriels (1979-1984). Il a ensuite été nommé directeur général des stratégies industrielles au ministère tunisien de l'industrie et de l'énergie (2000-2001), puis directeur général du Bureau de mise à niveau dans le même département ministériel (2001-2004). 

C’est donc à un érudit des questions de mise à niveau, de compétitivité des entreprises, et de développement industriel, que l’ONUDI a confié la conduite de la réflexion sur le développement institutionnel du BMN dont on ne soulignera jamais assez la pertinence. Ce, dans un contexte de grande concurrence pour les entreprises nationales induite par la mise en œuvre des accords de partenariats économiques (APE) avec l’Union européenne. Une concurrence qui sera probablement décuplée du fait de l’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). 

Français