Agro-alimentaire : le BMN finance deux études sur le positionnement stratégique de deux filières.

Atelier de restitution de deux études de positionnement stratégique à Douala le 09 juillet 2020

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises a organisé le 9 juillet 2020 à Douala, un atelier de restitution de deux études de positionnement stratégique de l’agroalimentaire concernant la filière viande et poisson d’une part, et la filière vins et spiritueux, d’autre part.

Ces études viennent s’ajouter aux quatre autres études précédemment réalisées sur le positionnement de la filière transformation des graines et fabrications de produits amylacés, de la filière oléagineux et aliments pour animaux, de la filière fruits et légumes et enfin de la filière tabac.

En prélude à la fusion annoncée de la CEMAC et la CEEAC dont le potentiel d’opportunités est important, l’objectif desdites études est, d'après le Directeur du BMN, de produire des données, informations et recommandations susceptibles d’éclairer la décision du gouvernement, des investisseurs, des banques et des entreprises quant au positionnement stratégique sur ce marché sous-régional.

Ces études sont réalisées dans le cadre du Programme Industrialisation et Valorisation des Produits Agricoles (PIVPA) mis en œuvre par le BMN sur financements AFD/C2D et qui vise à améliorer la compétitivité du secteur privé agroalimentaire du Cameroun à travers un accroissement substantiel de sa productivité.

Restitution des études de positionnement stratégique
Atelier de restitution des études de positionnement stratégique

Sensibilisation à Garoua pour l’adhésion des PME aux CGA

Le Bureau de Mise à Niveau des entreprises (BMN) a pris part le 27 juin 2019 à Garoua à la caravane de sensibilisation pour l'adhésion des PME aux centres de gestion agréés (CGA) organisée par le Ministère des petites et moyennes entreprises, de l'économie sociale et de l'artisanat (MINPMEESA).

Cet événement présidé par le Ministre Achille BASSILEKIN III a servi de cadre au BMN pour sensibiliser les entreprises présentes au Programme National de Mise à Niveau (PNMAN) et plus particulièrement au Programme d’Industrialisation et de Valorisation des Produits Agroalimentaires (PIVPA), financé par l’Agence Française de Développement (AFD). 

L'équipe du BMN conduite par l'Expert Industrie Luc NYETAM, s'est déployée à travers un stand exposant les produits et services du BMN. Elle s'est donnée à cœur joie lors de la visite de son stand par le Ministre suivi par les chefs d'entreprises, pour expliquer les missions du BMN et les appuis offerts aux entrepreneurs agroalimentaires à travers le PIVPA, à savoir la mise à niveau des entreprises cibles en vue du renforcement de leur compétitivité sur les marchés local et international. 

Le PIVPA couvre la période 2017-2019 et est financé à hauteur de 07 milliards de FCFA dans le cadre du troisième C2D (Contrat Désendettement Développement) conclu le 30 juin 2016 entre le Cameroun et la France, dans le cadre de l’effort supplémentaire d’annulation de la dette du Cameroun envers la France, en vue du renforcement de la compétitivité des entreprises agroalimentaires.  

Vous êtes promoteur d’une entreprise agroalimentaire? Venez vite vous inscrire au BMN pour bénéficier de la mise à niveau globale ou spécifique (certification de vos systèmes de management, technique de vente, organisation, ressources humaines, comptabilité, etc.)

   Adhérez ici 

[rl_gallery id="1574"]

Le BMN poursuit sa démarche de certification

Le Dir. et des employés du BMN en salle de formation

Dans le cadre de sa démarche de certification aux normes ISO 9001:2015, ISO 14001:2015, ISO 45001:2018 le Bureau de Mise à Niveau des entreprises  (BMN) a poursuivi les ateliers de formation et de coaching du lundi 27 au vendredi 31 mai 2019 à l'hôtel TOU'NGOU de Yaoundé. Il s’est agi cette fois-ci du chapitre 6.1 de la norme ISO 9001: 2015 qui est relatif aux actions à mettre en œuvre face aux risques et opportunités lors de la mise en place du système de management intégré (SMI). 

Ces ateliers font suite à ceux du mois d’avril dernier, au même endroit, qui se rapportaient à l’approche processus du BMN conformément au chapitre 4.4 de la norme ISO 9001:2015. 

Ces divers ateliers ont été animés par Malek Harami, expert-consultant international en système de management intégré.

[rl_gallery id="1550"]

Avis d’Appel à Manifestation d’Intérêt N°01/AAMI/BMN/NQ du 27 Septembre 2021

Avis d’Appel à Manifestation d’Intérêt N°01/AAMI/BMN/NQ du 27 Septembre 2021 Relatif au recrutement de 15 experts LEAD IMPLEMENTER ISO 9001 V 2015 et 15 experts LEAD IMPLEMENTER ISO 45001 V 2018 à former pour le compte du BMN.

Cliquez ici pour télécharger.

Coopération : Le BMN et le FAGACE préparent un nouveau partenariat

Le représentant résident pour la zone CEMAC de cette institution panafricaine s’est entretenu à ce sujet le 07 septembre dernier avec le directeur du Bureau.


Près d’une heure d’audience. C’est le temps qu’auront duré les discussions entre le directeur du Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises et le représentant résident du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) pour le Zone de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Yacoubou Abdoulaye est venu discuter avec Chantal ELOMBAT MBEDEY des grands centres d’intérêts communs entre le FAGACE et BMN. Deux institutions liées par un partenariat dont le renouvellement était au cœur de cette audience qui s’est déroulée le 07 septembre dernier au siège du BMN à Yaoundé.
Chantal ELOMBAT MBEDEY et Yacoubou Abdoulaye dont c’était la première rencontre, ont longuement échangé sur les difficultés qu’éprouvent les entreprises pour accéder aux financements indispensables pour leur développement. Les deux personnalités ont notamment exploré les pistes de solutions pour remédier à ce problème. Le représentant résident du FAGACE zone CEMAC a évoqué les différents mécanismes que cette institution panafricaine déploie au bénéfice des PME et pour l’essor de ses États membres. Yacoubou Abdoulaye s’est par ailleurs félicité du « rôle très important que joue le BMN dans l’écosystème économique », et a assuré Chantal ELOMBAT MBEDEY de « l’engagement et la détermination du directeur général du FAGACE a œuvrer aux côtés des institutions comme le BMN pour contribuer au développement des entreprises ».
Le directeur du BMN a quant à elle présenté le Bureau, ses réalisations, et ses défis. Chantal ELOMBAT MBEDEY a notamment indiqué que le BMN dispose d’un document boussole qui s’inscrit dans le droit fil de la Stratégie nationale de développement, et qui met l’accent sur l’intensification du Programme national de mise à niveau à l’effet de contribuer au rattrapage technologique des entreprises et la promotion du made in Cameroon. Le directeur du BMN a indiqué que dans cette perspective, la question du financement des plans de mise à niveau des entreprises était une préoccupation très importante pour le Bureau qui a multiplié dans cette optique, ces dernières années, des partenariats avec diverses institutions financières dont le FAGACE.

Au terme de cette audience, l’on a appris que l’objet de la prochaine convention en gestation avec cette institution financière panafricaine porte sur « l’ensemble des facilités préférentielles que le FAGACE accepte de concéder aux entreprises admises au programme national de mise à niveau et de restructuration qui en font la demande. Ces facilités seront adossées sur les produits financiers proposés par le FAGACE et le cas échéant, sur ceux soumis par le BMN. En contrepartie, le Bureau de Mise à Niveau s’engage à rassurer le partenaire de l’effectivité du programme d’investissements des entreprises admises à la mise à niveau et à la restructuration.
Les modalités de mise en œuvre de ce partenariat sont décrites dans les articles ci-dessous ».
Dans cette convention qui devrait être conclue début octobre 2021 au Benin pour une durée de trois (03) ans renouvelables, le FAGACE propose d’accompagner les entreprises camerounaises concernées et adhérentes au PNMAN, en leur accordant des garanties ou en en apportant son appui technique à celles remplissant les conditions prescrites par les textes du FAGACE à obtenir des financements directs (prêts directs) auprès de ses partenaires.


Réactions

Yacoubou Abdoulaye, représentant résident FAGACE en zone CEMAC

« La signature de la convention ne devrait plus tarder »

Nous avons eu un entretien riche et plein de bonnes perspectives avec le Directeur du BMN. Pour rappel le FAGACE et le BMN ont signé un accord de partenariat en 2018. Cet accord a permis de jeter les bases d’un processus d’accompagnement conjoint des PME/PMI au Cameroun. Ces dernières pourront non seulement bénéficier de l’appui du BMN en termes de mise à niveau, de restructuration ou d’amélioration du système de management qualité mais aussi des concours notamment en garantie du FAGACE pour accéder au financement.  Cette double intervention du BMN et du FAGACE permettra à coup sûr de résoudre le problème d’éligibilité des PME/PMI aux crédits bancaires. C’est pour cela que nous accordons une importance particulière au renouvellement de la convention dont la signature ne devrait plus tarder. Les équipes techniques du BMN et celles du FAGACE ont été sensibilisées sur les objectifs visés à travers ce partenariat en développement et sur les actions idoines à mettre en œuvre pour toucher les acteurs économiques visés et répondre à leurs attentes.

Financement des entreprises : Le BMN sollicite les banques

Le directeur du BMN a échangé le 08 juillet dernier avec l’Association professionnelle des établissements de crédits du Cameroun sur l’intérêt de financer davantage les entreprises mise à niveau.


Selon la Banque mondiale, les crédits bancaires accordés au secteur privé représentent en moyenne 26% dans les pays d’Afrique sub-saharienne en 2019. Au Cameroun, ces crédits plafonnent à 14,9% du Produit intérieur brut (PIB). CeBonjour Grand la correspond à 89 points de moins que la moyenne des pays à revenus intermédiaires. Dans le même temps, les crédits bancaires alloués aux petites et moyennes entreprises représentent quant à eux 2,9% de la valeur de la richesse nationale du Cameroun sur la période de référence.
On le voit, ces chiffres traduisent un faible niveau de financement bancaire au secteur privé et notamment, aux entreprises qui en ont pourtant « grand besoin pour se développer », soutient Alphonse NAFACK, le président de l’Association professionnelle des établissements de crédits du Cameroun (APECCAM).
C’est dans la perspective de susciter davantage l’accompagnement du secteur bancaire aux entreprises de son portefeuille, que le directeur du BMN s’est entretenue le 08 juillet dernier à Douala avec l’APECCAM. Dans un exposé aussi dense que concis, Chantal ELOMBAT MBEDEY, a donné des précisions sur l’activité du Bureau de mise à niveau des entreprises, sur ses réalisations, et ses ambitions.
De ce propos très apprécié par un auditoire essentiellement composé de banquiers chevronnés, l’on retient en substance qu’ à date, 785 entreprises ont adhéré au Programme national de mise à niveau (PNMAN), 335 ont fait l’objet de pré-diagnostics, 128 ont été sélectionnées par le Comité de pilotage du BMN, et 82 plans de mise à niveau ont été validés par cette dernière instance. Toujours au chapitre des réalisations du BMN, 4,5 milliards FCFA de primes sur investissements matériels et immatériels ont été versées aux entreprises adhérentes du PNMAN. En outre, du fait de l’action du BMN, 19,8 milliards FCFA ont été investis dans l’économie nationale par les entreprises ayant bénéficié des appuis du PNMAN.
Évoquant les ambitions du BMN, Chantal ELOMBAT MBEDEY a expliqué que le cadre d’action du Bureau pour période 2021-2024 qui s’inscrit en droite ligne de la Stratégie nationale de développement (SND 30) met l’accent sur l’intensification de la mise en œuvre du PNMAN en vue notamment du rattrapage technologique des entreprises et de la promotion du made in Cameroon. Toute chose qui nécessite une participation plus active du secteur bancaire au financement des plans de mise à niveau et de restructuration des entreprises dont « un grand nombre continuent curieusement d’avoir recours à des tontines qui pratiquent pourtant des taux d’intérêts très élevés », a regretté le directeur du BMN.
Un regret partagé par le directeur général du Crédit foncier du Cameroun (CFC), qui a dit « comprendre l’intérêt pour l’APECCAM et BMN de travailler ensemble ». Jean Paul MISSI a par ailleurs interrogé Chantal ELOMBAT MBEDEY sur la taille des entreprises et le secteur d’activité qui présentent les meilleurs résultats. « Les entreprises du portefeuille du BMN appartenant au secteur de l’agroalimentaire », a-t-elle répondu.
Avant de prendre congé de ses hôtes, Chantal ELOMBAT MBEDEY s’est félicitée de la bonne appréciation qu’ont les banques relativement aux plans de mise à niveau validés par le BMN, et a dit que le Bureau se positionne comme un partenaire fiable  et stratégique du secteur bancaire pour le financement des entreprises du PNMAN.

Mise à niveau : des experts accompagnateurs formés par le BMN

Leur outillage à la méthodologie de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI) s’est fait pendant cinq jours à Douala.


Selon Luc NYETAM, « la formation a notamment abordé la question du pilotage de l’accompagnement des entreprises avec des cas pratiques et des exercices individuels. L’intérêt ici était de proposer des situations souvent observées en entreprises et d’amener les auditeurs à formuler des solutions à la fois efficaces, moins onéreuses, et pratiques susceptibles de rendre l’entreprise plus compétitive ».

Une démarche bien accueillie par la majorité des auditeurs qui soutiennent que leurs attentes se résumaient pour l’essentiel en la maitrise de la méthodologie ONUDI utilisée par le BMN pour un coaching efficace, ainsi qu’à celle des variables cibles à mettre en œuvre pour un suivi efficace de la compétitivité des entreprises.

Des attentes largement comblées, selon un des récipiendaires. Joseph Olivier NDOGO FOUDA, soutient en effet que cette session « vient compléter la formation sur le diagnostic global de l'entreprise que nous avons au préalable effectuée. En tant que expert technologue cette formation nous permet d'acquérir des compétences significatives pour la mise en œuvre d'un plan de mise à niveau pour une entreprise donnée. A la fin de cette formation, mon satisfecit est d'autant plus grand que les attentes que j'ai formulées en début de formation ont été comblées », affirme -t-il.

Prenant la parole aux noms de tous les récipiendaires, Stéphane junior OND, a tenu à remercier le BMN et son directeur pour sa « volonté de renforcer les capacités du secteur conseil au bénéfice des entreprises et la compétitivité de l’économie camerounaise ».

Il est à noter que le BMN a pris en compte certaines propositions formulées dans l’optique d’améliorer l’organisation de ce type de formations. A titre d’illustration, les experts accompagnateurs formés dans les versions les plus récentes des normes ISO 22000 et 45001 ont bénéficié de cinq jours, au lieu des trois journées comme jadis.

L’organisation par le BMN de ces formations rentre dans le cadre de l’implémentation d’un des axes de sa stratégie qui consiste à doter le secteur conseil d’outils adéquats en vue de l’accompagnement efficace et efficient des entreprises.


Réactions

Alban Clovis FOGANG

« Nous avons ainsi visité les pistes pouvant conduire à l’amélioration des facteurs de production »

Nous venons d’achever 05 de formation dense et continue pour obtenir la qualification d’Expert Accompagnateur des PME. J’avoue d’emblée que je m’attendais plus à une revue des mécanismes traditionnels que nous avons acquis par le passée que non. La formation nous a fait parcourir en 05 jours seulement les tréfonds des entreprises camerounaises dans leurs spécificités, leurs difficultés. Nous avons ainsi visité toutes les pistes pouvant conduire à l’amélioration conséquente des facteurs de production. Ici, le but visé n’est non plus d’imposer à une entreprise une quelconque direction à suivre. Mais d’aider les chefs d’entreprises à implémenter leurs plans de développement adopté par ces derniers, dans l’objectif d’optimiser le rendement des facteurs de production. Nous avons par ailleurs retenu que l’objectif pour nous n’est pas de demeurer en permanence auprès d’une Entreprise, mais de lui permettre au bout d’une certaine période de mieux contrôler elle-même ses indicateurs de production. Entre autres, cette formation nous a également permis d’évaluer nos compétences personnelles. Comme pour dire que, vous ne saurez évaluer autrui si vous-même ne faites pas votre propre évaluation. Rendu dont à la fin de cette session, nous sommes satisfait et conforté de tout ce que nous avons appris, bien entendu que les recherches individuelles vont se poursuivre, vu qu’un accompagnateur se doit d’assimiler toutes les disciplines en entreprise.


Mme KENGNE MOMO, Epse DJE Anne Célestine, Senior Consultant BMN

“We feel ready for the task ahead”

BMN has chosen 20 experts previously trained on global strategic diagnosis of Cameroon enterprises. They were equipped for the process of follow up and evaluation of enterprises’ performances; fortunately I was a part of those. 5 days of training gone, we have henceforth the duty of leveraging enterprises through effective implementation of immaterial actions and the acquisition of material investment. As a result, companies will boost in their productivity. Competently and competitively contributing in the increase of the national growth rate towards an emerging nation and a well furnished economy. This is our leitmotif. We’ve been tasked to evaluate their performances through technical, financial and management ratios. Henceforth, as experts, we are the privileged partners of companies through the BMN, to contribute to the achievement of the nation’s emergence objectives as prescribed by the Head of State”. What a privilege… we feel ready for the task ahead. We thank Mme the Director, our trainer (industry Expert) and the entire crew for such an opportunity.


Jacques Simon SONG, Enseignant-Chercheur à l’université de Dschang

« Cette formation procure une meilleure maîtrise des cadres logique et opérationnel »

La formation des experts accompagnateurs pour l’assistance dans la réalisation des plans de mise à niveau et le suivi des performances des entreprises consolide et prolonge durablement l’expérience acquise en matière de diagnostic d’entreprise selon la méthodologie ONUDI. Elle nous procure une meilleure maitrise des cadres logique et opérationnel permettant d’identifier les standards et les variables cibles pour accompagner durablement les entreprises camerounaises dans l’amélioration de leur productivité, la compétitivité et l’intégration dans les chaines de valeurs mondiales.


Gaelle MVELE ABESSOLO, experte en Marketing

« Nous allons aider les entreprises à réaliser les actions d’amélioration »

A travers cette formation des consultants à l’accompagnement des entreprises à la mise à niveau de leurs fonctions, le BMN s’assure de mettre à la disposition des entreprises camerounaises, des experts de haut niveau et expérimentés, capables à la fois de coacher des personnels dans les entreprises accompagnées, et aussi, d’aider ces entreprises à réaliser les actions d’amélioration qui leur sont prescrites dans le cadre du Plan de mise à niveau de leurs fonctions. Ainsi, d’années en années, le BMN confirme son positionnement d’acteur incontournable de la mise à niveau des entreprises au Cameroun, en améliorant les pratiques du métier de la mise à niveau, et en déployant des stratégies, pour cheminer, toujours au plus près des chefs d’entreprise et de leurs entités. Car il faut peut-être le préciser, un des points saillants de ces travaux, a été de rappeler que nos entreprises doivent plus que jamais répondre à de véritables enjeux, incontournables, aussi bien au plan national, que sous-régional et international, dans le contexte de la mondialisation et de l’établissement des zones de libre-échange.


Agnès Colette BIYIHA BOUM II, consultant junior en finances

Avec le système d'accompagnement mis en place par le Cameroun, le BMN offre aux entreprises nationales, en plus du soutien technique de par le diagnostic et financier, la possibilité de canaliser et/ou veiller à la bonne réalisation des actions prédéfinies. Au sortir de cette formation, je comprends que le BMN à travers les accompagnateurs que nous sommes, entend bien continuer à soutenir les entreprises afin que ces dernières soient plus compétitives.


Protais BINELI, expert financier

« Je suis à mesure d’accompagner n’importe quelle entreprise selon l’approche ONUDI»

Ce séminaire de mise à niveau avait pour objectif de transmettre à nous les apprenants, les subtilités et les outils pour que les entreprises que nous devons accompagner traversent sans grandes difficultés les écueils de leur développement. Il était question notamment de voir dans quelles mesures les plans de restructuration et/ou de mise à niveau aboutissent. En un mot comme en mille, il est question de voir comment les entreprises que le Bureau de Mise à Niveau du Cameroun accompagne deviennent compétitives. L’accompagnateur a de ce fait des outils de sa mission dont le plus important est le diagnostic global ou spécifique établi par lui ou par une autre équipe du BMN. L’accompagnateur doit avoir en idée que sa mission sera jugée réussie si l’entreprise réalise tous les investissements prévus dans le plan d’actions. Cette réussite se mesure par le taux de réalisation des objectifs. Je crois je suis à mesure d’accompagner n’importe quelle entreprise en respectant le canevas de l’ONUDI.


Fréderic REYANG, expert en marketing

« Le BMN rehausse les compétences des consultants nationaux »

Je tiens à remercier le gouvernement camerounais pour la création d’une institution comme le BMN qui constitue une réponse efficace aux multiples problèmes de nos entreprises. Je tiens aussi à remercier le BMN pour les efforts consentis pour faire monter en compétences les consultants nationaux. Cette formation de haute facture est la preuve de cette noble volonté. Elle a permis de donner aux accompagnateurs que nous sommes la démarche, la méthode, les outils nécessaires et surtout les leviers d’action, pour rendre nos entreprises productives en interne et partant compétitives. Ces deux éléments productivité et compétitive des entreprises contribueront certainement à l’émergence de notre pays en 2035.


Joseph Olivier NDOGO FOUDA, Expert Technologue

« Mes attentes ont été comblées »

La formation des experts accompagnateurs du bureau de mise à niveau des entreprises vient compléter la formation sur le diagnostic global de l'entreprise que nous avons au préalable effectuée. En tant que Expert Technologue cette formation nous permet d'acquérir des compétences significatives pour la mise en œuvre d'un plan de mise à niveau pour une entreprise donnée. A la fin de cette formation, mon satisfecit est d'autant plus grand que les attentes que j'ai formulées en début de formation ont été comblées.Aujourd'hui je peux dire, sans risque de me tromper, que le Cameroun a désormais un vivier d'Experts capables de booster la productivité d'une entreprise, tout en la rendant compétitive sur le marché international, permettant ainsi son émergence dans les années à venir.


Louis Roger MVOGO, expert en marketing-vente-distribution

« La formation aura été des plus denses »

La formation des experts accompagnateurs des entreprises, approche ONUDI, dispensée par le BMN aura été des plus denses, et des plus enrichissantes. Selon l’approche ONUDI, la mission de l’expert accompagnateur consiste en l’assistance dans la réalisation du plan de mise à niveau proposé par les experts spécialistes en diagnostic et validé par le comité de pilotage du BMN. Elle consiste également, et davantage encore, au suivi des performances dont l’atteinte des objectifs et conditionne le paiement des honoraires de l’expert. De ce fait, elle exige de l’expert accompagnateur, une maîtrise transversale acceptable des métiers d’entreprises autres que le sien propre. Elle exige également de l’expert accompagnateur beaucoup de tact pour emmener les promoteurs/dirigeants d’entreprises de mettre en œuvre, à un taux suffisamment élevé (80% ou plus), son plan de mise à niveau ; et de la rigueur pour que la mise à niveau, dans tous ses aspects (investissements matériels et actions immatérielles), puisse conduire à l’atteinte des objectifs fixés sur les variables cibles. Ma participation à cette formation aura par conséquent été d’une très grande richesse.


Dagobert NGAGBE, expert en marketing

« C’est une formation très enrichissante »

C’est une formation très enrichissante. Il y avait très peu de théorie et beaucoup deCas pratiques. Le formateur, très persuasif de part des exemples pertinents, a attisé la flamme à l'accompagnateur à vivre ce métier à fond. De part ces enseignements, l'accompagnateur devrait avoir les outils adéquats pour aider l'entreprise à asseoir les différentes actions.


Eric Mabong, expert en finances.

« Nous sommes prêts à relever le challenge »

Cette formation d'élite nous a permis d'acquérir plus de compétences et surtout le tact pour accompagner les entreprises dans la réalisation de leur plan de mise à niveau afin d'être compétitives ainsi booster l'économie camerounaise pour arriver à l'émergence de notre cher pays. Cela dit, notre mission est très lourde et nous en avons conscience et sommes prêts à relever le challenge de l’accompagnement des entreprises et du suivi de leur performance.


Joseph BIKOY, expert en gestion des ressources humaines

« Mes impressions à cet égard sont empreintes d’un satisfecit »

Je pense qu’à travers cette formation, le BMN se présente comme une structure arrimée aux objectifs stratégiques de la politique gouvernementale de diversification de son économie tel que stipulé dans la SND 30 dont l’horizon de mise œuvre est situé en 2030. Et de ce point de vue le BMN se positionne comme un outil stratégique d’un pourvoyeur en capital humain de qualité dans le domaine de la mise à niveau des entreprises. Cette formation nous aura permis d’avoir un regard global des interventions éventuelles à mener au sein d’une entreprise où pourra-nous être confié la mission d’expert/accompagnateur. Mes impressions à cet égard sont empreintes d’un satisfecit, doublé d’une exhortation au BMN de préparer les diligences nécessaires pour entamer lesdits accompagnements en entreprises. Par rapport aux objectifs de la formation : De mon point de vue, le BMN a voulu par cette formation « capaciter » les experts à monter d’un cran dans la maîtrise de l’outillage nécessaire à l’accomplissement de leurs missions de restructuration/mise à niveau des entreprises.


Stéphane Junior OND, Technologue, Directeur des PME au MINPMEESA.

« Il est important de doter notre pays d'experts pouvant accompagner les entreprises »

Au moment où le Cameroun est engagé dans le changement structurel de notre économie dans le cadre de la Stratégie Nationale de Développement 2020 - 2030, il est important de doter notre pays d'experts pouvant accompagner les entreprises à leur mise à niveau pour la réalisation de l'import substitution. Ces Experts de haut niveau, utiles à notre écosystème ont donc la noble tâche d'accompagner nos entreprises vers leur compétitivité et par conséquent le Cameroun sur la voie de son émergence. A nous de l'administration, c'est un outil important pour concevoir les stratégies idoines d'accompagnement des entreprises et aussi maîtriser le langage des experts de la mise à niveau.

Plans de mise à niveau : des mécanismes de financements expliqués

Le BMN a organisé le 10 septembre dernier une rencontre entre les chefs entreprises, Investisseurs et partenaires (I&P) et le Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE).


Une trentaine de chefs d’entreprises affiliées au Programme national de mise à niveau (PNMAN) étaient en face des responsables de Investisseurs et Partenaires (I&P) et du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE) le 10 septembre dernier à Douala. L’initiative inédite du Bureau de mise à niveau des entreprises visait à créer un cadre d’échanges entre ces bailleurs de fonds et les entreprises du PNMAN en vue du financement des plans de mise à niveau. L’organisation par le BMN, de l’atelier de sensibilisation y relatif procède « du constat que dans nombre d’entreprises accompagnées, les plans de mise à niveau peinent à être implémentées faute de financements», révèle Chantal Elombat Mbedey, le directeur du BMN.Une problématique lancinante que l’acteur central de la mise à niveau au Cameroun adresse au travers de la signature de partenariats avec diverses institutions financières. C’est notamment le cas de celles conclues avec FAGACE et de I&P (qui est en partenariat avec le BMN depuis le 26 mai 2021). Une convention qui ouvre la possibilité aux entreprises accompagnées par le BMN de solliciter auprès de I&P, « des financements allant de deux millions à deux milliards de Fcfa », confie son directeur délégué.

Vivian Tchatchueng ajoute que « la plus-value de notre offre est qu’en plus de l’argent que nous apportons aux entreprises, I&P dans le cadre de son partenariat avec le BMN fourni aussi un accompagnement aux entreprises sur le plan stratégique en les aidant à mieux définir et conduire leur stratégie de croissance et de développement. I&P apporte aussi dans ce cadre un accompagnement sur le plan de la gouvernance en aidant les entreprises à mettre en place une structure de gestion et de gouvernance ». L’on a par ailleurs appris au cours cette sensibilisation que I&P propose dans ses mécanismes, une prise de participation minoritaire dans les entreprises, et n’a vocation à y rester qu’au plus cinq ans, le temps de rentabiliser ses investissements.

Le FAGACE par la voix de son représentant-résident zone CEMAC s’est également dit disposé à accompagner les entreprises camerounaises. C’est la substance du propos de Yacouba Abdoulaye qui a indiqué que le « FAGACE a ouvert une fenêtre dédiée en créant la direction de l’institut FAGACE. Nous savons que les PME et PMI rencontrent beaucoup de problèmes notamment en matière de financements. Nous voulons donc les assister notamment pour qu’elles se conforment aux exigences des banques avant même les dépôts des dossiers ».

Dans la perspective d’accompagner les entreprises dans leur démarche auprès de ces partenaires de financiers, le BMN a également convié le cabinet Visa Cameroun spécialisé dans le coaching des entreprises en matière de recherche de financements. Avant de conclure son allocution de circonstance, le directeur du BMN a exhorté les entreprises du PNMAN à renoncer à la voie onéreuse des tontines et à saisir cette perche afin de financer sereinement l’implémentation de leur plan de mise à niveau.

La signature la convention avec (I&P) porte à six, le nombre de partenaires financiers mobilisés par le BMN en vue de faciliter l’implémentation des plans de mise à niveau des entreprises de son portefeuille. Il s’agit du Crédit du Sahel ; du Crédit bailleur African Leasing Company (ALC), récemment absorbé par sa maison-mère Afriland First Bank ; de la Banque Camerounaise des PME (BC PME) ; de Pro PME et du Fonds africain de garantie et de coopération économique (FAGACE). Le renouvellement et la densification de cette convention avec cette institution panafricaine est d’ailleurs prévu en octobre 2021.


Réactions

Amadou, Promoteur de TPA/logone riz


Tabot George Eko, directeur general George & Jerry constructions

Investissements matériels : First African Company tient sa prime

L’entreprise a reçu le chèque y relatif le 09 septembre 2021 à Douala des mains du directeur du Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises.


Remise de la prime à First Africain Company (FAC)

33 125 426 de FCFA. C’est le montant de la prime sur investissements matériels versée par le BMN à l’entreprise First African Company (FAC). Cette agro-industrie spécialisée dans la production des jus de fruits et des produits laitiers a reçu son chèque le 09 septembre dernier à Douala au cours d’une cérémonie présidée par Chantal Elombat Mbedey, directeur du BMN, en présence d’Alfred Ndengue, membre du comité de pilotage du BMN et de Martin Ngoutchet, le promoteur de FAC.

La remise de ce chèque marque l’heureux aboutissement d’un long processus qui a commencé le 05 février 2014 avec l’adhésion de FAC au Programme national de mise à niveau (PNMAN), suivie par la descente en son sein d’une équipe d’experts du BMN pour un pré-diagnostic, puis d’une équipe d’experts pour la réalisation de son diagnostic stratégique global, à l’issue duquel un plan de mise à niveau a été formulé et validé le 26 juin 2017.

La prime sur investissements matériels octroyée à FAC par le BMN correspond à 66,25% de réalisation de son plan de mise à niveau. Cette entreprise productrice du jus de fruit de marque « Tampico » percevra en outre une prime sur actions immatérielles d’un montant de 37 048 721 FCFA.

En félicitant le top management de FAC pour « les efforts consentis au cours des derniers mois », Chantal Elombat Mbedey a rappelé que « dans le cadre du mécanisme du PNMAN, le BMN prend en charge 20% du coût des investissements matériels réalisés par les entreprises avec un plafond de 50 000 000 de FCFA. Le BMN prend aussi en charge 80% du coût des investissements immatériels des entreprises sans plafond. Il s’agit là d’une aubaine offerte aux entreprises industrielles camerounaises par le gouvernement. C’est pourquoi, je voudrais saisir l’occasion offerte par cette tribune pour réitérer l’appel du BMN aux entreprises afin qu’elles adhèrent au PNMAN et ne manquent pas le train de la mise à niveau », a-t-elle martelé.

Le directeur du BMN a par ailleurs insisté « sur l’urgence de finaliser les procédures pour les autres investissements prévus dans le plan de mise à niveau » en dépit du contexte de la crise sanitaire qui a frappé de plein fouet nombre d’agro-industries. Ce constat est d’ailleurs corroboré par les résultats d’une enquête réalisée juin 2020 par le BMN. Une enquête qui révélait que 79% des industries agroalimentaires confirment un recul du chiffre d’affaires de l’ordre 58% ; et que plus de la moitié d’entre elles ont dû réduire leurs effectifs d’employés suite à la décision du confinement, et que 82% de ces industries indiquent un recul dans le rythme d’écoulement de leurs produits.

En posture d’ambassadeur du BMN, le président directeur général de FAC a confié à la presse que son entreprise a reçu du BMN « des appuis multiples notamment en termes de formation dans divers domaines comme les bonnes pratiques de fabrication, les bonnes pratiques d’hygiène, la gestion budgétaire, l’élaboration d’un manuel de procédures administratives, comptables, opérationnelles et financières. First African Compagny est résolument engagée dans cette logique d’amélioration continue et avec le BMN, et nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin », a lancé Martin Ngoutchet visiblement heureux.

Réaction

Martin Ngoutchet, PDG de First African Company


« L’accompagnement du BMN nous a permis d’accélérer nos investissements »

C’est un sentiment de joie et de gratitude qui nous anime après la réception de ce chèque qui est en fait une prime pour tous les efforts que nous avons consentis pour nous améliorer et servir à nous clients des produits d’une qualité encore supérieure. Je tiens à remercier le BMN et son directeur pour l’accompagnement constant dont bénéficie notre entreprise. Cet accompagnement nous a permis d’accélérer nos investissements pour nous mettre au niveau de la concurrence. Il nous reste malgré tout un long chemin à parcourir, et c’est dans la synergie d’actions avec le BMN que nous parviendrons à atteindre nos objectifs fondamentaux. En ce sens, la certification ISO 9001 version 2015 dont l’obtention du certificat est prévue en décembre 2021 reste une de nos priorités.


Positionnement stratégique

Restitution d'une étude sur les produits à base des céréales disponible

Commandée par le Bureau de mise à niveau des entreprises, l’étude y relative a été restituée le 25 août 2021 à Douala.

Par Yanick N. Yemga


Le Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises a organisé le 25 août 2021 à Douala, un atelier de restitution provisoire de l’étude de positionnement stratégique relative à la fabrication des produits à base de céréales au Cameroun. La cérémonie y relative a connu la participation active de divers acteurs du secteur, des représentants des administrations à l’instar des ministères de l’Économie et de l’Aménagement du territoire (Minepat), et celui de l’Agriculture et du Développement rural (Minader).

Dans son propos de circonstance, le directeur du BMN, Chantal Elombat Mbedey a indiqué que « cette étude a pour objectif principal de produire des données, informations et recommandations, susceptibles d’éclairer les décisions du gouvernement, des investisseurs, des banques, des entreprises sur le positionnement stratégique des industries concernées sur le marché, et à éveiller la conscience des entreprises camerounaises présentes dans la filière des produits fabriqués à base de céréales, sur les opportunités à saisir et les efforts à fournir pour améliorer leur compétitivité sur ces marchés ».

En tant qu’acteur central de la stratégie nationale de développement des entreprises, le BMN a déjà fait réaliser 07 autres études sur le positionnement stratégique des filières du secteur de l’agroalimentaire dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Industrialisation et Valorisation des Produits Agricoles (PIVPA) financé par le second C2D. Il s’agit : des études relatives au travail des grains et fabrication des produits amylacés ; des études relatives aux oléagineux et aliments pour animaux ; des études relatives au lait, fruits, et légumes ; des études relatives au Tabac ; des études relatives aux industries de boissons, vins, et spiritueux ; des études relatives aux industries de la viande et du poisson ; des études relatives aux industries du cacao, du café, du thé, et du sucre.

Le Bureau de Mise à Niveau a réalisé en outre des études pour les secteurs de l’agroalimentaire et de la chimie, et celles en vue de la création du Centre technique de l’agroalimentaire du Cameroun (CTA-CAM) qui est fonctionnel. Deux autres études en vue de la création des centres techniques de chimie (CTC) et du textile (CETTEX) ont été lancées par le BMN.

Pour Alfred Momo, secrétaire général du groupement des meuniers, « cette étude est une aubaine en ce sens qu’elle présente les forces et les faiblesses de notre secteur. L’étude concerne à 70% le blé et nous savons que la demande nationale se situe autour de 600 000 tonnes pour une capacité d’environ 1 million de tonnes. Ce qui veut dire qu’il y a un gap de 400 000 tonnes pour lesquelles nous souhaitons un accompagnement à la fois pour susciter une demande locale, mais aussi pour nous déployer sur le marché sous-régional ».

Cet atelier intervient dans un contexte marqué par la mise en œuvre la Stratégie nationale de développement (SND 30) dont le pilier principal est la transformation structurelle de l’économie camerounaise. Ce cadre de référence de l’action gouvernementale à l’horizon 2030, met l’accent sur l’import-substitution, la promotion de nos meilleures entreprises, et la valorisation du made in Cameroon. Des problématiques au cœur de l’action quotidienne du BMN, et qui sont adressées dans son document de Stratégie pour la période 2021-2024.

Avis d’appel à manifestation d’intérêt N°00017/AAMI/BMN/CIPM du 03 août 2021

AVIS D’APPEL À MANIFESTATION D’INTÉRÊT N°00017/AAMI/BMN/CIPM DU 03 AOUT 2021 RELATIF AU RECRUTEMENT D’UN CONSULTANT INDIVIDUEL OU BUREAU D’ETUDES CHARGÉ DES DIAGNOSTICS, DE L’ACCOMPAGNEMENT, DES FORMATIONS ET DES AUDITS DANS LE CADRE DE LA MISE EN PLACE DES SYSTÈMES DE MANAGEMENT CONFORMES AUX NORMES ISO 9001, ISO 22000, ISO 14001 ET ISO 45001.

Date limite de soumission des offres : 02 SEPTEMBRE 2021

Cliquez ici pour plus de détails

Télécharger le fichier

Avis d’Appel à Manifestation d’Intérêt N°03/AAMI/BMN du 22 juillet 2021

Avis d'Appel à Manifestation d'Intérêt N°03/AAMI/BMN du 22 juillet 2021 relatif au recrutement de(s) consultant(s) à former pour l'accompagnement des entreprises à la mise à niveau de leurs fonctions.

Cliquez ici pour télécharger le fichier

Une convention pour financer les entreprises

Cette convention a été signée le 26 mai 2021 à Douala entre le BMN et Investisseurs et Partenaires (I&P).

Les entreprises admises au Programme national de mise à niveau (PNMAN) disposent d’un nouveau guichet de financement de leur plan de mise à niveau. C’est le produit de la convention signée le 26 mai 2021 à Douala entre le Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises et Investisseurs et Partenaires (I&P).

Selon Chantal Elombat Mbedey, directeur du Bureau de mise à niveau des entreprises, « Plus on fait du terrain, plus on se rend compte que les entreprises bénéficiaires du Programme national de mise à niveau (PNMAN) souffrent d’une chose : elles n’ont pas toujours les financements nécessaires pour mettre en œuvre le plan de mise à niveau que nous élaborons pour elles après avoir fait le diagnostic ». Un constat qui justifie la recherche des partenaires financiers pour les bénéficiaires du PNMAN.

Pour Vivian Tchatchueng, directeur général délégué de (I&P), « cette nouvelle convention ouvre la possibilité aux entreprises accompagnées par le BMN de solliciter auprès de I&P, le financement de leur plan de mise à niveau. Les financements proposés vont de deux millions à deux milliards de Fcfa ».

La signature de cette convention avec (I&P) porte à trois, le nombre de partenaires financiers mobilisés par le BMN en vue de faciliter l’implémentation des plans de mise à niveau des entreprises de son portefeuille. Il s’agit notamment du Crédit du Sahel, le leader de la microfinance dans les régions septentrionales du pays ; du crédit bailleur African Leasing Company (ALC), récemment absorbé par sa maison-mère Afriland First Bank ; et du Fonds africain de garantie et de coopération économique (Fagace).

Depuis sa création en 2011, le BMN développe des partenariats avec les institutions financières et bancaires. Ces partenariats visent à faciliter aux entreprises bénéficiaires de l’accompagnement du BMN, un accès et un traitement privilégié aux crédits et aux financements, grâce à la caution morale du BMN.

À ce jour, près de 800 entreprises ont volontairement adhéré au Programme national de mise à niveau que le BMN met en œuvre. Après un tri suivant les critères d’éligibilité, une centaine de plans de mise à niveau ont été validés par le comité de pilotage du BMN. Plus d’un milliard de FCFA de primes sur investissements matériels ont été octroyées par le gouvernement aux entreprises, au travers de ce mécanisme piloté par le BMN.

La signature de cette convention entre le BMN et I&P intervient dans un contexte marqué par la crise sanitaire mondiale de la COVID19, dont les conséquences sont néfastes pour l’économie nationale. « Il n’échappe à personne que nos entreprises déjà durement frappées, devront aussi faire face prochainement à une concurrence internationale rude, consécutive à la politique du libre-échange. Le BMN saisit l’occasion de la signature de cette convention pour réitérer son appel à l’endroit des entreprises à emprunter le train de la mise à niveau en adhérant au PNMAN qui est un instrument que le gouvernement a créé pour faciliter leur développement », a lancé Chantal Elombat.

En tant qu’acteur central de la mise à niveau au Cameroun le BMN a élaboré une démarche qui s’inscrit dans le droit fil de la Stratégie nationale de développement (SND 30) qui fait de la transformation structurelle de l’économie nationale une de ses priorités phares.