Benchmarck/Mise à niveau: l’expérience togolaise explorée

A l’invitation S-T Kodjo Adedze, ministre togolais du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale, une équipe d’experts du Bureau de mise à niveau (BMN) des entreprises camerounaises séjourne depuis hier à Lomé.

Conduite par Chantal Elombat Mbedey, le directeur du BMN, la délégation camerounaise effectue dans ce pays frère, une visite de travail, d’amitié et d’échanges d’expériences auprès du Bureau de restructuration et de mise à niveau des entreprises (BRMN).

Au programme de cette mission figurent entre autres, une audience au ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale, des visites d’entreprises, des réunions avec les responsables du BRMN du Togo, des consultants locaux, des responsables du Projet de promotion de la compétitivité du secteur privé (ProComp) mis en œuvre avec le partenariat de la GIZ.

Au premier jour de cette visite de travail, Chantal Elombat Mbedey et ses collaborateurs ont participé à une réunion de cadrage des diagnostics des différentes fonctions de l’entreprise, assortis des propositions de renforcement des capacités de 20 PME.

Présidée par Sallah Kanko M., directrice du BRMN Togo, cette réunion était précédée par une autre dédiée à la méthodologie de sélection de 20 entreprises bénéficiaires des diagnostics stratégiques globaux.

L’on retient de cette articulation à laquelle a également pris part la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo, la prise en compte dans les critères de sélection, du genre du promoteur, de la localisation géographique, de la filière (parmi celles prioritaires retenues), du chiffre d’affaires (entre 30 millions et 1 milliard de FCFA) et l’application d’un quota (70 % PME – 30 % TPME).

Le ProComp vise l’amélioration de la compétitivité du secteur privé togolais à travers 5 axes: l’amélioration de l’accès des entreprises à la matière première, aux produits intermédiaires et aux intrants; l’amélioration de leurs accès aux services financiers; l’amélioration de l’accès des entreprises aux marchés internationaux; l’amélioration de l’offre de soutien aux investissements durables; le renforcement des conditions nécessaires à l’amélioration du cadre juridique et administratif des entreprises privées.

Cette première journée de travail s’est terminée par une audience au ministère du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Français