Développement institutionnel: Des experts commis par l’ONUDI séjournent au BMN

Booster la contribution du Bureau de mise à niveau des entreprises (BMN) à la réussite de la politique de transformation structurelle de l’économie camerounaise (pilier central de la Stratégie nationale de développement), tel est l’enjeu majeur de la vaste réflexion conduite par l’Organisation des Nations Unies pour le développemJent industriel (ONUDI).

Ce 23 mai 2022, s’est tenue au siège du BMN à Yaoundé, une séance de travail avec des experts commis par l’ONUDI. Cette rencontre qui se tient dans le cadre de la seconde phase du projet de développement institutionnel du BMN, a permis à l’équipe conduite par RIDHA BEN MOSBAH (accompagnée de RIADH GHARSALLAOUI) de présenter la feuille de route de cette étape qui fait suite à un diagnostic qui a révélé quelques insuffisances. 

La séance de travail de ce jour, présidée par Chantal ELOMBAT MBEDEY, directeur du BMN, a été l’occasion de passer en revue les points saillants de ce rapport diagnostic, et de peaufiner le cadre des réflexions pour la poursuite du projet.

Pour rappel, RIDHA BEN Mosbah qui conduit cette réflexion sous l’égide de l’ONUDI est un ancien ambassadeur tunisien et ancien ministre de l’Industrie et des PME dans son pays. Ingénieur civil des mines (1979) de formation, il est notamment titulaire du certificat en analyses de projets industriels de l’institut de développement économique de la Banque Mondiale (1981). 

Ben Mosbah a entamé sa carrière professionnelle à la Banque de développement économique de Tunisie (BDET) en qualité d’analyste de projets industriels (1979-1984). Il a ensuite été nommé directeur général des stratégies industrielles au ministère tunisien de l’industrie et de l’énergie (2000-2001), puis directeur général du Bureau de mise à niveau dans le même département ministériel (2001-2004). 

C’est donc à un érudit des questions de mise à niveau, de compétitivité des entreprises, et de développement industriel, que l’ONUDI a confié la conduite de la réflexion sur le développement institutionnel du BMN dont on ne soulignera jamais assez la pertinence. Ce, dans un contexte de grande concurrence pour les entreprises nationales induite par la mise en œuvre des accords de partenariats économiques (APE) avec l’Union européenne. Une concurrence qui sera probablement décuplée du fait de l’avènement de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Français