Le temps des grandes opportunités : par Chantal Elombat Mbedey

La Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) est désormais opérationnelle. Le démarrage des échanges commerciaux a officiellement été lancé le 1er janvier 2021. Avec une population estimée en 2019 à 1,3 milliards d’habitants, l’Afrique constitue l’un des plus grands marchés au monde, derrière des pays comme la Chine et l’Inde. Selon les récentes projections des Nations unies, le continent africain devrait pratiquement doubler sa population d’ici à 2050, passant de sa démographie actuelle à près de 2,4 milliards d’habitants.

Chantal ELOMBAT MBEDEY, Directeur du BMN

Si ces chiffres donnent le tournis, ils indiquent sans équivoque, l’infinité des opportunités que charrient la libéralisation des échanges interafricains.

L’avènement de la Zlecaf marque en effet un tournant décisif pour les entreprises du continent en ce sens qu’elle redessine les frontières du marché non sans impacter l’offre et la demande. Dans le contexte éminemment concurrentiel qui se forge inéluctablement sous nos yeux, le sort des entreprises dépend évidemment des choix stratégiques à opérer, tant ce train des opportunités est aussi équipé de wagons de menaces.

Les chefs d’entreprises nationales ne peuvent ainsi davantage s’offrir le luxe d’ignorer ce signe des temps. Il n’y a plus une seule seconde à perdre. La mise à niveau n’est pas une option mais un passage obligé pour tirer le meilleur parti de la Zlecaf.

Le gouvernement au travers du Bureau de mise à niveau des entreprises a pris la mesure des choses en élaborant le Programme national de mise à niveau (PNMAN). Cet instrument que le BMN met en œuvre a déjà permis à plusieurs entreprises adhérentes d’accroitre leur compétitivité.

La mise à niveau étant volontaire, le BMN saisit une nouvelle fois, l’occasion de cette publication pour inviter les chefs d’entreprises industrielles à adhérer au PNMAN. En tant qu’acteur central de la mise à niveau au Cameroun, le BMN reste disposé à apporter son expertise pour les accompagner à relever sereinement les challenges qui se posent à eux.

Chan 2021

Nombre d’entreprises du secteur du tourisme (qui fait partie du portefeuille du PNMAN) peuvent en témoigner. Elles qui ont pu apprécier le déploiement du BMN et du Centre technique de l’agroalimentaire du Cameroun (CTA-CAM) dans le cadre des préparatifs du Championnat d’Afrique des nations (Chan) édition 2021.

Sur instruction du gouvernement, via le ministère du Tourisme et des Loisirs (Mintoul), le BMN et le CTA-CAM ont en effet, procédé au renforcement des capacités en matière des bonnes pratiques d’hygiène (BPH), de bonnes pratiques de restauration (BPR), à l’accueil, et ainsi qu’à la mise en place d’un dispositif HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point) des entreprises hôtelières retenues et recommandées pour le Chan 2021.

Le BMN, par ma voix, salue l’appel du gouvernement, qui souligne l’importance de la mise à niveau des entreprises en général, et en particulier celles du secteur du tourisme. A la veille du prestigieux tournoi de football africain, les hôtels sélectionnés ou recommandés pour la CAN 2022 doivent comprendre qu’ils doivent améliorer substantiellement le niveau de leurs services pour être compétitifs. Cela nécessite une mise à niveau qui leur permettra de tirer pleinement avantage de ce moment de grandes opportunités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *